Otages au Niger : Ben Laden comme interlocuteur ?

  • A
  • A
Otages au Niger : Ben Laden comme interlocuteur ?
@ CAPTURE D'ECRAN AL-JAZIRA
Partagez sur :

Dans un message en cours d’authentification, Aqmi somme Paris de négocier avec le chef d'Al-Qaïda.

Un message audio attribué à Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) exige de la France qu'elle négocie directement avec Ben Laden pour la libération des cinq otages enlevés au Niger, le 16 septembre dernier.

"La France ne peut accepter que sa politique soit dictée à l'extérieur par qui que ce soit", a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, dans un communiqué. Le Quai d'Orsay dit par ailleurs examiner l'enregistrement et ne pas pouvoir en confirmer l'authenticité dans l'immédiat.

"Une opération de propagande pour Aqmi"

L'Aqmi exige en outre de la France qu'elle retire ses troupes d'Afghanistan pour libérer les otages qu'elle retient. "(Si vous) voulez que vos citoyens qui sont prisonniers chez nous soient sains et saufs, alors vous devez vous dépêcher et retirer vos soldats d'Afghanistan selon un calendrier précis que vous rendrez public", a ajouté Abdelmalek Droukdel, selon la retranscription du SITE. "La politique de la France ne sera pas dictée à l'extérieur", a martelé vendredi la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie.

"Cette déclaration a une vocation de propagande et de communication pour Aqmi", analyse Jean-Charles Brisard, spécialiste d'Al Qaïda, joint par Europe 1. L’objectif de ce message est avant tout de communiquer à l’égard d’Al Qaida pour que la mouvance islamiste renouvelle son soutien à Aqmi et à son chef".

"Ca n'a pas de sens"

Pour Anne Giudicelli, spécialiste du terrorisme et fondatrice de Terrorisc, ce processus est "inédit". "Il faut vraiment vérifier l'authentification car on voit mal les négociateurs français, maliens ou nigériens, aller faire un tour dans la grotte de Ben Laden pour savoir comment on peut en parler", estime-t-elle. "Ca me semble mauvais signe, simplement parce que ça n'a pas de sens", conclut l'experte.

Oussama Ben Laden avait averti fin octobre que la France ne connaîtrait pas la sécurité tant qu'elle ne retirerait pas ses troupes d'Afghanistan et ne mettrait pas un terme à "ses injustices" à l'égard des musulmans. Le message audio de Ben Laden, également diffusé sur al-Jazira, avait été interprété par les experts comme un "blanc-seing" donné à l'Aqmi, dont les responsables ont fait allégeance à Al-Qaïda début 2007.

Les cinq Français séquestrés ont été enlevés dans la nuit du 15 au 16 septembre au Niger. Ces employés d’Areva et de Satom sont détenus en compagnie d’un Togolais et d’un Malgache, et auraient été déplacés au Mali. La mouvance d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué ce rapt le 21 septembre dernier. Ses exigences, en échange de leur libération, sont l'abrogation de la loi sur l'interdiction du voile islamique intégral en France, la libération d'activistes et sept millions d'euros. Le sort de Françoise Larribe, atteinte d’un cancer, suscite l’inquiétude.