Tuerie d'Orlando : Omar Mateen s'est-il radicalisé sur Internet ?

  • A
  • A
Tuerie d'Orlando : Omar Mateen s'est-il radicalisé sur Internet ?
@ AFP
Partagez sur :

Le président américain affirme qu'il n'existe à ce stade pas "de preuves claires" que l'attaque meurtrière dans un club gay d'Orlando en Floride ait été "dirigée" depuis l'étranger.

L'attaque, perpétrée par Omar Mateen a été revendiquée par l'organisation Etat islamique mais rien ne prouve qu'elle a été organisée depuis l'étranger. C'est la position, prudente, du président Barack Obama, au lendemain de la tuerie qui a fait 49 morts dans un club gay d'Orlando.

Un tireur auto radicalisé sur internet ? "Il semble que le tireur ait été inspiré par diverses sources d'informations extrémistes sur Internet", a déclaré Barack Obama à l'issue d'une réunion dans le Bureau ovale avec, entre autres, le directeur du FBI James Comey et le ministre de la Sécurité intérieure Jeh Johnson. L'assaillant, Omar Seddique Mateen, 29 ans, a appelé les services d'urgence pour revendiquer son "allégeance" à l'EI avant que les policiers ne donnent l'assaut. Le groupe EI a de son côté revendiqué sur sa radio ce massacre qui a fait 49 morts. "A ce stade, nous ne disposons pas de preuves claires indiquant qu'il était dirigé depuis l'extérieur", a encore affirmé Barack Obama. "Il n'y a pas non plus de preuves directes indiquant qu'il faisait partie d'un complot plus vaste", a-t-il ajouté.

Parallèle avec San Bernardino. "Il a annoncé son allégeance à l'EI à la dernière minute mais il n'existe pas de preuve à ce stade qu'il ait été dirigé par eux", a-t-il martelé. Evoquant une "attaque dévastatrice" pour tous les Américains, Barack Obama a souligné que l'enquête était encore à un stade préliminaire. "Cela semble être similaire à ce que nous avons vu à San Bernardino, mais nous ne savons pas encore", a-t-il ajouté, évoquant cette attaque perpétrée le 2 décembre en Californie, qui a fait 14 morts.

La fusillade d'Orlando, la pire de l'histoire des Etats-Unis, a déclenché une vague d'émotion et d'hommages à travers le monde. Les dirigeants de nombreux pays ont exprimé leur "solidarité", certains s'adressant notamment à la communauté LGBT. Le pape François a exprimé son "exécration" face à la "haine insensée" du tireur.