"On ressent de la haine pour cette femme"

  • A
  • A
"On ressent de la haine pour cette femme"
Partagez sur :

A Grâce-Hollogne, l'évocation du nom de Michelle Martin suscite toujours de fortes réactions.

La justice belge a annulé jeudi une décision de principe autorisant la libération de l'ex-femme et complice du meurtrier pédophile Marc Dutroux et renvoyé l'examen du dossier à mai 2012. Le tribunal d'application des peines de Mons (sud de la Belgique) a décidé de "retirer" un précédent jugement rendu en mai qui acceptait la remise en liberté de Michelle Martin, 51 ans. Il a estimé que son projet de réinsertion n'était pas suffisamment abouti.

A Grâce-Hollogne, village belge où Julie et Mélissa avaient été enlevées, à la veille de la décision de justice, l'évocation du nom de Michelle Martin suscitait toujours de fortes réactions. "On ressent de la haine pour cette femme, elle ne mérite pas de vivre. C'est triste d'avoir des gens aussi cruels sur la terre", lâche Annie au micro d'Europe 1.

Dans ce village de la banlieue de Liège, Michelle Martin est la femme qui a laissé mourir Julie et Mélissa, les enfants du village. "Quand son mari est allé en prison, elle aurait pu s'occuper des enfants, elle ne l'a pas fait. Elle les a laissées crever sans les nourrir, ça s'arrête là", ajoute Jonathan, écoeuré.

"On ne laisse plus un enfant seul dans une rue

La peur est toujours dans la tête des habitants qui ne comprennent pas comment on pourrait laisser sortir de prison une personne aussi dangereuse. "On ne laisse plus un enfant seul dans une rue, on ne les laisse plus jouer dans la rue. Quand un enfant a cinq minutes de retard, on pense à ça".

Le tribunal d'application des peines de Mons, en Belgique avait donné en mai son feu vert à sa libération anticipée, mais le plan d'insertion qui prévoyait son installation dans un couvent en France n'avait pas abouti.

Les autorités françaises avaient refusé d'accueillir l'ancienne femme du pédophile belge sur leur sol, et sa libération avait alors été suspendue. Il y a quelques jours, un couvent du sud-est des Pays-Bas a été évoqué comme pouvant l'accueillir. Mais les soeurs ont démenti avoir fait cette proposition.

Michelle Martin, âgée de 51 ans, a été arrêtée en 1996. Ancienne institutrice, elle avait été condamnée en 2004 à 30 ans de réclusion. Elle a passé près de 15 ans en prison, en comptant la détention provisoire.