Obama-Sarkozy : des hauts et des bas

  • A
  • A
Obama-Sarkozy : des hauts et des bas
@ REUTERS
Partagez sur :

VIDEO - Au G20 à Londres, sur les plages de Normandie, retour sur les précédents rendez-vous.

Nicolas Sarkozy, qui débute lundi une visite officielle aux Etats-Unis, doit rencontrer mardi Barack Obama à Washington.

25 juillet 2008. Barack Obama n’est que le candidat démocrate dans la course à la Maison-Blanche. "C'est mon copain", avait lancé le président français quelques jours auparavant. Après sa visite express en France, Barack Obama se rend en Allemagne où il tient un meeting complet.

2 avril 2009. A la tribune du G20, organisé à Londres, Barack Obama passe devant Nicolas Sarkozy sans lui serrer la main. Il avait juste avant accordé une entrevue en priorité au Britannique Gordon Brown. Deux couacs coup sur coup.

3 avril 2009. A Strasbourg, en marge du sommet de l’Otan, a lieu la première rencontre officielle entre les deux hommes. Un rendez-vous, plusieurs fois repoussé, durant lequel ils multiplient les signes de connivence. Il y a "une parfaite identité de vue" entre nous, insiste Nicolas Sarkozy, qui tutoie son homologue américain. Barack Obama vante de son côté "l’énergie" du président français.

6 juin 2009. Barack Obama participe, avec d’autres chefs d’Etat, aux cérémonies de commémoration du Débarquement. Puis, les présidents français et américains ont un entretien en tête-à-tête lors duquel Barack Obama glisse : "Il y a une chose qui est pratique, c’est que le président Sarkozy parle plutôt vite, donc on peut en faire encore plus". Le lendemain, il refuse une invitation à l'Elysée, y laissant seules sa femme Michelle et ses deux filles.

5 octobre 2009. Le magazine Newsweek fait sa une européenne sur Nicolas Sarkozy, titrant sur le "complexe d'Obama" dont souffrirait le président français.

16 janvier 2010.L’ambassadeur des États-Unis à Paris, qui a rencontré le président américain lors des fêtes de fin d'année, raconte que Barack Obama a qualifié de "fantastique" sa relation avec Nicolas Sarkozy.