Obama s'ouvre au monde musulman

  • A
  • A
Obama s'ouvre au monde musulman
Partagez sur :

Barack Obama a entamé mercredi par l'Arabie saoudite une mini-tournée au Proche et au Moyen-Orient. Ses objectifs : obtenir un soutien pour aboutir à la paix entre Palestiniens et Israéliens et tendre la main au monde musulman.

Première étape du voyage au Proche et au Moyen-Orient de Barack Obama : l’Arabie saoudite. A son arrivée mercredi après-midi, le président américain a été accueilli par le roi Abdallah dont il a loué la "sagesse". "Alors que j'ai entrepris ce voyage et que je dois visiter le Caire demain, j'ai pensé qu'il serait très important de venir là ou l'islam est né pour demander conseil à sa majesté", a expliqué Barack Obama.

Au menu des discussions entre les deux hommes : le pétrole. Barack Obama veut tenir sa promesse de réduire de moitié la dépendance énergétique américaine des hydrocarbures étrangers et souhaite qu’en attendant, l’OPEP ne fasse pas monter le prix du baril. Une hausse retarderait en effet la fin de la récession.

L’Iran et la situation au Proche-Orient ont aussi été évoqués. L'Arabie saoudite sait que Barack Obama apprécie le fameux Plan de paix de la Ligue Arabe d’origine saoudienne qui vise à reconnaître Israël en échange de la création d’un Etat palestinien. Mais les Etats-Unis souhaiteraient que l’Arabie saoudite fasse prochainement un premier pas pour encourager Israël à aller de l’avant. Il ne s'agissait donc pas d’une simple visite de courtoisie.

Le locataire de la Maison Blanche est arrivé jeudi au Caire en Egypte où il doit prononcer un discours très attendu de réconciliation à l’attention des Musulmans. Une intervention qui inquiète les Israéliens. "Le président américain a le droit de tenter de se réconcilier avec le monde musulman et faire concurrence à Al-Qaïda ou l'Iran pour conquérir son coeur; pour notre part nous devons vérifier que ce cela ne portera pas atteinte à nos intérêts communs", avec les Américains, a affirmé à la radio militaire le ministre des Transports, Israël Katz.