Obama s'offre une belle fin d'année

  • A
  • A
Obama s'offre une belle fin d'année
@ REUTERS
Partagez sur :

Le traité START ratifié et la loi sur la tabou gay abrogée, Barack Obama termine bien 2010.

2010 se termine sur une belle note pour Barack Obama. A quelques jours de Noël, le président américain s'est offert deux belles victoires, au Congrès. Il a ainsi réussi, mercredi, à faire ratifier, par le Sénat, le nouveau traité de désarmement nucléaire, connu sous le nom de START.

La ratification de ce traité signé le 8 avril 2010 par Barack Obama avec son homologue russe Dmitri Medvedev représente une importante victoire de politique extérieure pour le président américain.

START et une première victoire

L'accord prévoit un maximum de 1.550 têtes nucléaires déployées pour chacun des deux pays, soit une réduction de 30% par rapport à 2002. Le texte prévoit aussi la reprise des vérifications mutuelles sur les arsenaux nucléaires des deux superpuissances, interrompues fin 2009.

Plus tôt dans la journée, le président américain avait pu savourer une autre victoire, en abrogeant la loi sur le tabou gay dans l'armée. Lors d'une cérémonie euphorique à Washington, le président a promulgué cette loi permettant aux homosexuels de servir ouvertement dans l'armée américaine, mettant fin à une interdiction en vigueur depuis 17 ans.

La fin du tabou gay

"Votre pays a besoin de vous, votre pays vous appelle et nous serons honorés de vous accueillir dans les rangs de la meilleure armée que le monde ait jamais connu", a lancé Barack Obama, avant de parapher un texte adopté en fin de semaine dernière par le Sénat après de longues tractations.







































Ces deux victoires interviennent moins de deux mois après la "raclée", selon les propres termes de Barack Obama, infligée aux démocrates lors des élections législatives.

Un tout autre climat en janvier

Barack Obama aura donc su rebondir de façon inattendue et tirer profit des derniers jours de la session parlementaire avant l'entrée en fonctions, en janvier, d'un nouveau Congrès. Ce qui est d'autant plus remarquable que les observateurs doutaient de la capacité du Congrès sortant à être efficace sur ces dossiers controversés.

"Beaucoup de gens dans cette ville avaient prédit qu'après les élections de la mi-mandat, Washington irait vers plus de clivages partisans et plus de blocage. Et pourtant, cela a été une période de progrès pour les Américains", s'est félicité Barack Obama lors d'une conférence de presse donnée dans la soirée. Les avancées législatives des dernières semaines, acquises grâce à des votes d'élus démocrates et républicains ont généré "la période post-électorale la plus productive depuis des dizaines d'années", a-t-il poursuivi avant d'ajouter : "nous ne sommes pas condamnés à un blocage sans fin".

La nouvelle majorité républicaine à la Chambre et la minorité renforcée au Sénat devraient alors rendre sa tâche encore plus ardue.

Barack Obama, selon les indications de la Maison Blanche, doit maintenant rejoindre sa famille à Hawaii pour quelques jours de vacances.