Obama : "ne pas régler seul les problèmes"

  • A
  • A
Obama : "ne pas régler seul les problèmes"
Partagez sur :

Le président américain a plaidé mercredi, devant l'Assemblée générale des Nations unies, pour une "coopération multilatérale".

"Aucune nation ne peut, ni ne doit vouloir dominer les autres" : mercredi, devant l'Assemblée générale des Nations unies face à laquelle il s’exprimait pour la première fois depuis son arrivée à la Maison-Blanche, le président de la première puissance au monde a défini les fondements d’un "nouveau chapitre" de la coopération internationale. Son principe de base : la multilatéralité. "Ensemble, nous pouvons régler les problèmes", a assuré Barack Obama.

Une nouvelle ère qui comprend des droits mais aussi des responsabilités. "Ceux qui condamnaient l’Amérique pour son action solitaire ne peuvent plus attendre qu’elle règle seule les problèmes du monde", a insisté Barack Obama. Avant de prévenir : "le temps est venu pour chacun d’assumer ses responsabilités dans la réponse globale aux défis mondiaux".

Citant notamment Franklin Roosevelt, qui a inspiré la création de l’ONU, Barack Obama a invité les pays du monde entier à en finir avec les clivages hérités de la guerre froide, entre le Nord et le Sud ou en raison de la religion.

Sur le conflit israélo-palestinien, Barack Obama a insisté, une fois de plus : "le moment est venu de relancer les négociations de manière inconditionnelle". "L’objectif est clair : deux Etats vivant côte à côte en paix et en sécurité", a expliqué dans les grandes lignes le président américain. Puis, sur un des points de discussion les plus sensibles, il a tranché sans détours : la poursuite de la colonisation israélienne n’est pas "légitime".

Souvent applaudi par les représentants des autres pays, Barack Obama s’est positionné en rupture par rapport à son prédécesseur George W. Bush. Pour construire cette nouvelle ère de coopération internationale, le président américain a défini quatre chantiers prioritaires : le désarmement, en pointant du doigt l’Iran et la Corée du Nord ; la paix et la sécurité, la préservation de la planète et le renouveau de l’économie mondiale.

> Sarkozy : "La France vient forte à Pittsburgh"

> Kadhafi s'en prend à l'ONU