Obama : "je suis un type plutôt sympa"

  • A
  • A
Obama : "je suis un type plutôt sympa"
Interrogé sur son tempérament un peu froid et distant le président américain assure aimer faire la fête.@ REUTERS
Partagez sur :

Interrogé sur son tempérament un peu froid, le président américain assure aimer... faire la fête.

Alors qu'il passe pour un président "super cool" aux yeux des Français, Barack Obama est jugé distant par ses propres concitoyens. Le président des Etats-Unis a donc dû assurer, lundi, qu'il était "un type plutôt sympa", en réponse à une question sur son style, qui serait un obstacle à la recherche de compromis avec les républicains.

"La plupart des gens qui me connaissent savent que je suis un type plutôt sympa", a-t-il lancé au cours d'une conférence de presse largement consacrée aux difficiles négociations sur la réduction du déficit budgétaire américain.

"J'aime bien faire une grosse fête", a-t-il ajouté (à 3min 05) :

"Vous savez, quand je participe au pique-nique du Congrès et que des élus viennent me voir et prennent des photos avec leur famille, je vous promets, Michelle et moi sommes très gentils avec eux", a-t-il raconté, amusé. "Nous passons de très bons moments, mais cela ne les empêche pas d'être extrêmement virulents lorsqu'ils sont au Congrès et de m'accuser d'être un socialiste qui dépense sans compter", a-t-il ajouté.

La diabolisation par les républicains

Barack Obama, qui a réaffirmé lundi avec fermeté que la question du relèvement du plafond de la dette du pays n'était pas négociable, a dénoncé l'attitude de certains élus républicains plus soucieux selon lui de leur réélection que de l'avenir du pays.

>> A lire également : Obama, où l'art de la cool-attitude.

"J'ai le sentiment qu'il y a beaucoup de républicains qui estiment que, étant donné l'énergie consacrée dans certains médias à me diaboliser, cela ne donne pas une très bonne image de s'afficher à mes côtés", a-t-il expliqué.

Sasha et Malia deviennent indépendantes

La famille Obama

© REUTERS

"Bien sûr, les relations personnelles sont importantes et je peux toujours m'améliorer", a cependant admis le président des Etats-Unis. "Le côté positif est que maintenant que mes filles grandissent, elles ne veulent plus passer autant de temps qu'avant avec moi", a souligné le président américain, père de Sasha, 11 ans, et Malia, 14 ans. "Je vais donc passer des coups de téléphone, chercher quelqu'un avec qui jouer aux cartes, parce que je vais me sentir un peu seul dans cette grande maison...".