Obama hésite sur la stratégie en Afghanistan

  • A
  • A
Obama hésite sur la stratégie en Afghanistan
Partagez sur :

Le président américain doit faire un choix sur l’envoi ou non de renforts. Il a lancé des consultations avant de se prononcer.

L’heure du choix en Afghanistan a sonné. L'armée demande des renforts, le vice-président suggère de réduire les effectifs et Barack Obama hésite. Il a lancé des consultations avec les deux camps avant de prendre sa décision qui ne devrait pas être rendue publique avant plusieurs semaines. Barack Obama prend son temps, il pourrait jouer son mandat sur cette question épineuse.

L’envoi de 30.000 hommes supplémentaires. C’est que le général Stanley McChrystal, qui commande à la fois les troupes américaines et celles de l'Otan en Afghanistan, a demandé. Il a estimé dans un rapport que la guerre se solderait par un échec faute d'envois de renforts et de modifications dans la stratégie qui consiste à gagner la confiance du peuple afghan. Il est appuyé par le chef d'état-major, l'amiral Michael Mullen ainsi que l’architecte de la stratégie en Irak, le général David Petraeus. Et le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen a plaidé lundi pour cette position auprès du président américain.

Dans l’autre camp, le vice-président Joe Biden est sceptique quant au bien-fondé d'un envoi supplémentaire de soldats en Afghanistan. Il a proposé de modifier la mission des troupes américaines, de sorte qu'elles concentrent leurs attaques sur des objectifs d'Al Qaïda situés essentiellement au Pakistan, cela en recourant à des drones et à d'autres moyens, tout en continuant de former les troupes afghanes.

Au Sénat, le démocrate John Kerry, président de la commission des Affaires étrangères a dit craindre une répétition de l'erreur faite au Vietnam où il a combattu. Le camp opposé au renfort estime que la plupart des stratégies anti insurrectionnelles de ces quarante dernières années ont réussi en se mettant aux côtés de la population.
"Obama n'est pas dans une position facile. Il risque de se mettre à dos la gauche qui le soutient, en envoyant des renforts, mais il pourrait aussi avoir à répondre aux questions de ceux qui lui demanderont qui a perdu en Afghanistan" si les taliban reprennent un jour le contrôle du pays, a déclaré un responsable de l'administration américaine sous le couvert de l'anonymat.