Obama et les femmes : il peut mieux faire

  • A
  • A
Obama et les femmes : il peut mieux faire
@ REUTERS
Partagez sur :

FOCUS - Malgré la nomination de la première femme à la tête de la Fed, le bilan du président américain en matière de parité n'est pas si flatteur.

L’INFO. La femme la plus puissante du monde, c’est elle. Janet Yellen, 67 ans, a été désignée mercredi par Barack Obama pour prendre la tête de la Réserve fédérale américaine, la Fed. C’est la première fois qu’une femme est nommée à un poste si crucial, notamment en temps de crise, aux États-Unis. Un choix salué de toutes parts, mais qui cache mal le manque de parité dans les hautes sphères de l’administration Obama.

janet yellen, fed, REUTERS

Janet Yellen, passionnée d’économie. Ex-professeur d’économie, Janet Yellen a été conseillère à la Maison-Blanche sous Clinton et connaît bien la Fed, dont elle a été gouverneur. Passionnée d’économie, mariée à un économiste, elle prévient que "si vous passez une soirée à la maison, vous entendrez parler d’économie à table". En prenant la place du président sortant, Ben Bernanke, fin janvier 2014, elle héritera d’un poste crucial pour l’économie américaine. Janet Yellen n’était cependant pas le premier choix de Barack Obama, explique MSNBC. Au départ, le président pensait en effet à Larry Summers, l’un de ses anciens conseillers. Mais une sortie un rien sexiste de ce dernier lui a coûté le prestigieux poste : il avait en effet estimé que si les femmes étaient sous-représentées dans le domaine scientifique, c’était parce qu’elles ont moins de capacités que les hommes. Mercredi, Barack Obama a confirmé son choix.

Obama moins fort que Clinton. La nomination de Janet Yellen cache ainsi une réalité un peu moins reluisante : depuis qu’il est président, Barack Obama semble avoir préféré s’entourer d’hommes plutôt que de femmes. Au sein de l’administration Obama, les femmes représentent 35% des nominations au gouvernement et aux postes les plus élevés de l’administration, selon les chiffres du Center for American Women and Politics. C’est mieux que sous George W. Bush, mais moins bien que sous le second mandat de Bill Clinton.

En pourcentage, la part des femmes au gouvernement et aux postes les plus élevés sous Clinton, Bush fils et Obama, mandat par mandat :

Mais, analyse le Washington Post, l’écart entre les administrations Obama et Clinton est en réalité bien plus grand si l’on prend en compte le fait que l’actuel président partait avec une longueur d’avance. Bill Clinton se serait en effet montré bien plus volontariste sur la question que Barack Obama, qui a pourtant sous la main des candidates qualifiées, souvent passées par … l’administration Clinton.

Une photo polémique en début de mandat. Au tout début de son second mandat, Barack Obama avait été vivement critiqué après la publication d’une photo montrant ses plus proches conseillers dans le bureau ovale. Le hic ? Pas une seule femme ne figurait sur le cliché, largement partagé sur Twitter.

Depuis, Barack Obama a tenté de se rattraper avec quelques nominations féminines, comme celles de Samantha Power, ambassadrice auprès des Nations Unies, et de Susan Rice au poste de conseillère à la sécurité nationale. Sans pour autant atteindre la parité. A ces critiques, la Maison-Blanche réplique que "l’engagement du président en faveur de la diversité est sans précédent, et ses états de service parlent pour lui". Ou plutôt contre lui ?