Obama en résidence sur Facebook

  • A
  • A
Obama en résidence sur Facebook
Barack Obama@ REUTERS
Partagez sur :

Avec 2012 en ligne de mire, le président américain s’apprête mercredi à prendre un cyber-bain de foule.

San Francisco, Palo Alto, siège de Facebook. Mercredi, Barack Obama est dans les locaux du célèbre réseau social pour défendre sa politique économique auprès des usagers du site, un vivier sur lequel il compte pour tenter de conserver la Maison-Blanche en 2012.

Une rencontre novatrice sur la forme

Avec plus de 19 millions d'admirateurs sur Facebook, Barack Obama devrait participer à une séance de questions-réponses retransmises sur Internet. Le président y sera appelé à commenter sa stratégie pour lutter contre le déficit budgétaire.

Si, sur le fond, ce débat n’a rien d’extraordinaire, il reste novateur sur la forme : le président américain se rendra, en personne, dans les locaux du célèbre site interet. Un rendez-vous peu conventionnel que prise Barack Obama qui avait déjà choisi, il y a deux semaines, d’annoncer sa candidature en 2012 en postant une vidéo sur son site officiel.

Un Américain sur cinq s’informe sur Facebook ou YouTube

C’est que Twitter, Facebook ou YouTube ne sont plus seulement des instruments de la victoire d’un candidat, ils sont "désormais cruciaux, incontournables", explique le Los Angeles Times. Selon le quotidien californien, plus d’un Américains sur cinq se tourne vers ces sites pour en savoir plus sur leurs politiques. Et Obama aurait tort de passer à côté de cette manne.

Le président américain n’est d’ailleurs pas le seul à multiplier les initiatives sur le web dans la course à la présidentielle. Le républicain Mitt Romney, par exemple, qui avait annoncé en 2007 sa candidature à la présidentielle devant le fronton d’un grand musée américain, a choisi cette année de se lancer dans la course, lui aussi, via une vidéo en ligne.

La campagne victorieuse de Barack Obama en 2007-2008 avait été marquée par son utilisation des réseaux sociaux sur le web. Pour 2011-2012, le président américain semble avoir décidé d’amplifier cette tendance.