Obama reconnait avoir des inquiétudes sur une présidence Trump

  • A
  • A
Obama reconnait avoir des inquiétudes sur une présidence Trump
Pour Barack Obama, les Etats-Unis doivent rester "un phare de l'espérance".@ AFP
Partagez sur :

Barack Obama a par ailleurs appelé Trump à "tendre la main" aux Américains inquiets. 

Le président américain sortant Barack Obama a dit lundi avoir appelé son successeur Donald Trump à "tendre la main" aux Américains qui se sentent déçus et inquiets après sa victoire surprise, au terme d'une campagne présidentielle à la virulence inédite.

"Envoyer des signaux d'unité". "Je lui ai dit, comme je l'ai dit publiquement, que compte tenu de la nature de cette campagne et de l'amertume et de la férocité de cette campagne, il était vraiment important de tenter d'envoyer certains signaux d'unité. Et de tendre la main aux minorités, aux femmes et aux autres qui sont inquiets face au ton de la campagne", a dit Barack Obama lors de sa première conférence de presse depuis la victoire du républicain le 8 novembre.  "Et je crois que c'est quelque chose qu'il va vouloir faire, mais tout va tellement vite", a-t-il ajouté.

Inquiétudes. Mais, l'actuel "Commander in chief" a également reconnu être inquiet de la présidence à venir, tout en refusant de commenter chacune des nominations auxquelles Donald Trump doit procéder. "Est-ce que j'ai des inquiétudes ? Absolument. Bien sûr que j'ai des inquiétudes. Lui et moi divergeons sur tout un tas de sujets", a-t-il déclaré. "Je ne crois pas que ce soit un idéologue. Je crois qu'au bout du compte, c'est un pragmatique. Et cela peut lui être utile, à partir du moment où il a de bonnes personnes autour de lui et qu'il sait clairement où il va", a-t-il ajouté. 

Barack Obama et Donald Trump se sont rencontrés à la Maison Blanche jeudi, à l'invitation du président sortant qui avait qualifié d'"excellente" leur conversation mais s'était ensuite dit, selon plusieurs médias, surpris par le manque de préparation de son successeur. Le président sortant a ainsi assuré lundi avoir insisté auprès de Donald Trump sur la différence entre faire campagne et présider les États-Unis.

Selon lui, Trump souhaite une Otan forte. Barack Obama a aussi tenté de rassurer des alliés sous le choc de l'élection de Donald Trump, affirmant que le milliardaire lui avait assuré, lors d'un entretien à la Maison-Blanche jeudi dernier, vouloir maintenir une Otan (organisation du traité de l'Atlantique-nord) forte. Durant sa campagne, le candidat républicain avait pourtant remis en cause les principes de l'Alliance atlantique. Il a ajouté que les États-Unis devaient rester "un phare de l'espérance" et la "nation indispensable" pour la communauté internationale. 

Les démocrates doivent "se battre, se montrer". Barack Obama a enfin appelé les démocrates à "se battre, se montrer partout" à travers les États-Unis, dans une critique à peine voilée envers Hillary Clinton qui a perdu des bastions de la gauche face à Donald Trump. "L'une des questions qui doit être claire aux yeux des démocrates, c'est que compte tenu de la distribution de la population à travers le pays, nous devons nous battre partout, nous devons nous montrer partout, nous devons travailler au niveau de la base", a dit Barack Obama lors de sa première conférence de presse depuis la victoire du républicain.