Oak Creek : "tout le monde criait"

  • A
  • A
Oak Creek : "tout le monde criait"
C'est vers 10h30 dimanche que Wade Michael Page s'est introduit dans le temple avant d'ouvrir le feu sur les fidèles.@ REUTERS
Partagez sur :

Le tireur qui a ouvert le feu dans un temple sikh du Wisconsin a tué six personnes.

L'horreur n'a duré que quelques minutes. Wade Michael Page, qui s'est introduit dimanche dans un temple sikh à Oak Creek, dans le Wisconsin, a ouvert le feu sur les fidèles, tuant six personnes. Il a ensuite été abattu par un policier. Europe1.fr revient sur le déroulement des faits.

Peu avant 10h30 dimanche, Wade Michael Page, ancien soldat âgé de 40 ans, fait irruption dans le temple sikh d'Oak Creek, où plusieurs dizaines de fidèles avaient commencé à converger pour assister à une cérémonie religieuse. Armé d'un 9 mm, l'assaillant ouvre le feu aux abords du bâtiment. Trois personnes sont tuées à l'extérieur du temple avant que le tireur ne se dirige vers l'intérieur du bâtiment.

Le chef du temple s'interpose

Là, le chef du temple, Sadwant Singh Kaleka s'empare de la seule arme à portée de sa main, un couteau de cérémonie. L'affrontement est inégal mais avant d'être tué, l'homme de 65 ans parvient à retarder un peu son assaillant. Le temps pour certains, des femmes qui préparaient le repas et des enfants qui étudiaient à l'étage, de se mettre à l'abri. "Le temps qu'il s'interpose, cela a permis aux femmes de trouver refuge" dans la cuisine, raconte Amardeep Singh Kaleka, le fils du chef du temple à WAOAW.com. Sa propre mère a ainsi pu se cacher et prévenir la police.

Un autre membre de la communauté, Jatinder Mangat, explique au New York Times avoir parlé au téléphone avec un prêtre à l'intérieur du temple pendant l'assaut. "Il pleurait, tout le monde criait". "Il m'a dit que mon oncle s'était fait tirer dessus et qu'il était à terre. Il demandait pourquoi nous n'avions pas envoyé la police et une ambulance". 

Un policier "héroïque"

Aussitôt avertie, la police se rend sur les lieux. Le lieutenant Brian Murphy, 51 ans, est touché de huit ou neuf balles alors qu'il porte secours à une victime, raconte le Milwaukee Journal Sentinel, saluant le comportement "héroïque" du policier. Sévèrement touché, le lieutenant Murphy, qui est toujours hospitalisé dans un état grave, insiste en effet pour que ses collègues aillent à l'intérieur du temple au lieu de lui prêter main forte. "

Wade Michael Page n'est tué que quelques instants plus tard, lors d'échanges de coups de feu avec les policiers arrivés en renfort. La confusion règne alors sur les lieux du drame, certains témoins assurant avoir vu plusieurs tireurs, raconte le New York Times

La panique après la fusillade

La panique est telle que sur Twitter, certains demandent aux personnes inquiètes pour leurs proches d'éviter de les appeler. "N'appelez pas sur les téléphones portables, ils sont en train de se cacher et leur sonnerie risquerait de les trahir", écrit par exemple le Sikh Activist Network.



Toute la zone est passée au peigne fin par les équipes spécialisées de la police, et ce n'est qu'en fin d'après-midi qu'il devient clair que l'homme a agi seul.

Et Wade Michael Page aurait pu faire encore plus de victimes. Un témoin a affirmé au New York Times qu'environ 30 à 35 personnes étaient rassemblées dans le temple au moment des faits, avant le début de l'office. Si le tireur était arrivé un quart d'heure plus tard, plus d'une centaine de personnes auraient pu s'y trouver.