NSA : Snowden, un ex-agent très secret

  • A
  • A
NSA : Snowden, un ex-agent très secret
@ REUTERS
Partagez sur :

PORTRAIT - Le whistle-blower à l'origine des fuites sur la surveillance des télécoms aux Etats-Unis.

Qui est Edward Snowden ? La question est sur toutes les lèvres depuis qu'il a été identifié comme la source des informations confidentielles sur des pans entiers du programme de surveillance de l'Agence nationale de sécurité (NSA). Cependant, malgré l'attention médiatique extrême dont il fait l'objet, peu a encore filtré sur son parcours et sa vie, sinon ce qu'il a bien voulu en dire au Guardian. Considéré comme un traitre par certains politiques américains mais qualifié de "héros" par le fondateur de Wikileaks Julian Assange, Edward Snowden intrigue. Europe1.fr vous résume ce que l'on sait de lui.

Il aura 30 ans le 21 juin. Edward Snowden est né le 21 Juin 1983. Il a grandi en Caroline du Nord puis dans le Maryland, où sa famille avait déménagé. Sa mère, Elizabeth, 52 ans, travaille dans un tribunal des environs de Baltimore. Son père, Lonnie, 52 ans lui aussi, est un ancien officier de la garde côtière.

>>> A lire aussi : Un ex de la CIA défie Obama

Des parents divorcés mais une famille soudée. Si les parents d'Edward Snowden sont séparés - son père s'est remarié et vit désormais en Pennsylvanie - la famille apparaît comme unie face au tourbillon déclenché par les révélations d'Edward. CNN, qui a diffusé des photos d'Elizabeth devant sa maison, a précisé qu'elle refusait, à ce stade, toute interview. Lonnie, lui, a simplement confié à ABC News qu'il s'inquiétait pour son fils. Une inquiétude réciproque puisque son fils n'a pas caché que sa "première crainte" était que l'on s'en prenne à sa famille, ses amis ou encore sa copine, une peur qui, dit-il, l'empêche "de dormir la nuit".

Une empreinte numérique proche du néant. Les traces laissées sur Internet par Edward Snowden avant son interview choc au Guardian sont, pour ainsi dire, inexistantes. La seule photo qui circule de lui est celle extraite de la vidéo de l'interview accordée au quotidien britannique. Il n'a pas de compte Facebook, en profil public en tout cas et le compte Twitter à son nom est, en réalité, un fake grossier. Une telle discrétion numérique est, toutefois, assez logique venant de quelqu'un qui travaillait encore récemment pour la CIA et qui justifie ses révélations par sa foi dans le respect de la vie privée.

Un informaticien à la CIA au salaire annuel de 200.000 dollars. Bien que n'ayant jamais terminé l'université, Snowden décroche un job à la National Security Agency (NSA). Il y percevait un salaire annuel de 200.000 dollars. Ce salaire élevé pour une personne aussi peu diplômée interroge certains médias qui spéculent sur un potentiel talent de hacker du jeune homme. Il y a trois semaines, il a copié les documents secrets au bureau de la NSA de Hawaï où il travaillait et a demandé à son supérieur un congé pour un traitement contre l'épilepsie, raconte le quotidien britannique. Plus tôt dans sa brève carrière américaine, Edward Snowden avait essayé, en vain, d'intégrer les forces spéciales de l'armée, selon le Pentagone.

"Une vie confortable à Hawaï". Jusqu'au 1er mai 2013, Edward Snowden menait, selon ses termes, "une vie confortable" avec sa compagne, une ancienne danseuse de ballet prénommée Lindsay Mills, dans une maison bleue à Waipahu. Ses voisins, interrogés par une télé locale, évoquent un couple discret. Tous deux auraient déménagé début mai car le propriétaire voulait vendre son bien. Le 20 mai, Snowden s'envolait pour Hong Kong. A sa petite amie, il n'aurait pas parlé de ce voyage, n'évoquant qu'une absence de quelques semaines en restant vague. "Rien d'exceptionnel pour quelqu'un qui a travaillé pour les services secrets pendant dix ans", a précisé Snowden au Guardian. Cette dernière, dans des posts sur son blog repris par le Telegraph, se dit "perdue" depuis que son copain s'est volatilisé.

>>> A lire aussi : Google, Facebook, Apple, espions pour Obama ?

Un déçu d'Obama séduit par le "libertaire" Ron Paul. Politiquement, Edward Snowden se présente comme un déçu de Barack Obama. Il lui reproche d'avoir poursuivi les politiques mises en oeuvre par son prédécesseur, George Bush, en matière de surveillance de la vie privée. Les comptes de campagne indiquent que c'est Ron Paul, le républicain libertaire, qui a eu son soutien. Edward Snowden lui a même fait deux donations de 250 dollars. Ce dernier a d'ailleurs été l'un des rares politiques américains à saluer ses révélations en parlant "d'un grand service rendu aux Américains".

Un idéaliste ? C'est le principal trait de caractère qui ressort de l'interview qu'il a accordée au Guardian. Edward Snowden y explique ne pouvoir "vivre dans une société qui fait ce genre de choses", c'est-à-dire l'espionnage de données téléphoniques et numériques provenant de compagnies telles que Verizon, Google, Apple et Facebook. "Je ne veux pas vivre dans un monde où tout ce que je fais ou dis est enregistré", a-t-il encore expliqué. En fournissant ces données confidentielles à la presse, Snowden dit n'avoir poursuivi qu'un seul but : "informer le peuple sur ce qui a été fait en son nom et ce qui est fait contre lui."