Nouvelle-Zélande : millionnaire par erreur

  • A
  • A
Nouvelle-Zélande : millionnaire par erreur
Le pompiste transfère l'argent sur des comptes "offshore" au nom de sa mère, de sa petite-copine et de lui-même.@ Reuters
Partagez sur :

Le gérant d'une station-service s'est empressé de fuir le pays avant d'être arrêté et jugé.

Quelle aurait-été votre réaction si un beau matin, vous découvriez que votre compte a été crédité de plus de 10 millions de dollars néo-zélandais, soit plus de 6 millions d'euros ? C'est ce qui est arrivé à Hui Leo Gao, un gérant d'une station-service de 31 ans, dont le "cadeau" soudain s'est finalement retourné contre lui. 

Ce Néo-Zélandais a été l'heureux bénéficiaire d'une gigantesque erreur d'écriture d'un des employés de la banque Westpac. Au lieu de lui verser son crédit provisoire de 100.000 euros qui lui avait été accordé, l'établissement a multiplié la somme par 100, atteignant ainsi un  montant astronomique.

Le procès de celui que la presse appelle "le milliardaire accidentel" s'est ouvert cette semaine devant la cour d'Auckland.

L'argent sur des comptes offshore

Lorsqu'en avril 2009, il jette un coup d'œil à son compte, il informe sa compagne, Kara Hurring qu'il est devenu riche. "J'ai des millions de dollars", s'enthousiasme Hui Leo Gao. Rapidement, le pompiste transfère l'argent sur des comptes "offshore" au nom de sa mère, de sa petite-copine et de lui-même. Une partie de la somme a même fini sur les comptes de joueurs dans un casino de Macao. Il décide de quitter rapidement le pays. 

Fin avril, toute la famille Gao est partie rejoindre le néo-milliardaire à Hong Kong. Sa femme et sa fille disparaîtront avec lui, direction la Chine.

4 millions évaporés

Quelques jours plus tard, au début du mois de mai 2009, la banque se rend compte de la supercherie et alerte les autorités. Une véritable chasse à l'homme est lancée et Interpol est alerté. Deux ans et demi plus tard, en septembre 2011, il est arrêté finalement à Hong Kong et extradé au mois de décembre en Nouvelle-Zélande.    

Le milliardaire accidentel, qui plaide coupable, devra s'expliquer sur les 4 millions de dollars néo-zélandais qui se sont envolés, la banque n'ayant réussi à récupérer que 6 millions.