Nouvelle menace terroriste en Europe

  • A
  • A
Nouvelle menace terroriste en Europe
@ REUTERS
Partagez sur :

Les services saoudiens affirment qu’Al-Qaïda envisage d'être actif notamment en France.

"La menace est réelle et notre vigilance est totale". Brice Hortefeux prend très au sérieux les mises en garde des services saoudiens. Ils ont alerté "il y a quelques jours" les Européens sur une menace terroriste "sur le continent, notamment en France", venant d'Al-Qaïda, a indiqué dimanche le ministre de l'Intérieur au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Vigipirate "maintenu à un niveau élevé"

"Il y a quelques heures ou quelques jours à peine", les Européens ont reçu "un nouveau message des services saoudiens nous indiquant qu'Al-Qaïda dans la péninsule arabique était sans doute actif ou envisageait d'être actif", a détaillé Brice Hortefeux, précisant que cela concernait "le continent européen et notamment la France."

Le ministre n'a pas révélé la nature du renseignement saoudien et a souligné que le plan Vigipirate était "maintenu à un niveau élevé", "rouge renforcé, c'est l'avant-dernier niveau avant rouge Ecarlate". "La vigilance est totale". L'alerte saoudienne vient, après d'autres émanant de services du Maghreb ou américains, a-t-il rappelé.

"Deux projets d'attentats" déjoués par an

"Le 9/9, il y a eu un appel d'Interpol indiquant qu'il y avait une menace islamiste à l'échelle mondiale notamment européenne", et le 16 septembre, "un deuxième signal" évoquant "une femme kamikaze susceptible de perpétrer un attentat sur le territoire national", a précisé Brice Hortefeux. Le ministre a indiqué qu'"en moyenne, deux projets d'attentats" étaient déjoués par an en France et que 61 personnes y étaient "actuellement incarcérées pour avoir été concernées par des actes terroristes".

Face à la menace posée par les islamistes radicaux, il faut "suivre un certain nombre de sites djihadistes, suivre un certain nombre de personnes qui vont suivre des formations dans des instituts coraniques extrémistes, suivre des personnes susceptibles de revenir sur le territoire national", a-t-il indiqué. Ce dernier point est à la base de l'information fournie par les services américains aux Européens qui ont suscité une succession de messages de responsables occidentaux sur le risque terroriste.

ETA menace moins

La Secrétaire américaine à la sécurité intérieure, Janet Napolitano, avait relevé le 22 septembre "une activité en hausse" des groupes extrémistes islamistes. Brice Hortefeux a en revanche jugé que la menace posée par l'organisation séparatiste basque ETA était "affaiblie". "Grâce à la collaboration avec la police espagnole, nous avons considérablement affaibli l'ETA qui considérait la France comme sa base arrière (...) Cette base logistique est constamment battue en brèche", a affirmé le ministre. "Elle est en train de se déplacer pour une grande part vers le Portugal car (l'ETA) a compris qu'en France ça ne marchait pas", a-t-il insisté ajoutant qu'en Corse, "les attentats (avaient) diminué de moitié entre 2009 et 2010.