Nouvelle attaque dans le centre-ville de Kaboul

  • A
  • A
Nouvelle attaque dans le centre-ville de Kaboul
Partagez sur :

Au moins trois hommes armés ont attaqué mercredi matin les bureaux d'une banque dans la capitale afghane.

A la veille d'élections à haut risque, les Talibans intensifient leur pression. Au moins trois hommes armés ont attaqué mercredi matin les bureaux d'une banque du centre de Kaboul que la police a encerclée, a annoncé le ministère afghan de l'Intérieur.

Une attaque revendiquée par les combattants islamistes.Mais pour la police, l'attaque a été perpétrée par de simples criminels de droit commun.

Les trois hommes armés qui avaient attaqué la banque ont été tués par les forces de l'ordre, a annoncé un responsable de la police. Trois policiers ont aussi été tués pendant l'attaque qui a duré près de quatre heures.

Cette attaque survient alors que la capitale afghane est quadrillée par les forces de sécurité, en état d'alerte maximal à la veille des scrutins présidentiel et provinciaux de jeudi, que les insurgés ont promis de perturber.

Mardi, un kamikaze avait fait exploser sa voiture piégée près d'un camp militaire américain, sur la route très fréquentée reliant Kaboul à Jalalabad, souvent utilisée par les forces militaires étrangères. L'attaque a été revendiquée au téléphone par un porte-parole taliban, Zabihullah Mujahed.

"Je suis choqué et extrêmement attristé d'apprendre que deux de mes employés figurent parmi les personnes tuées dans l'attentat suicide perpétré aujourd'hui sur la route de Jalalabad, à Kaboul", a déclaré le représentant spécial de l'ONU en Afghanistan, Kai Eide. "Un troisième collègue a été blessé et est actuellement soigné", a-t-il ajouté, en condamnant fermement les "responsables" de l'attentat.

Et une autre attaque suicide, samedi devant le siège de l'Otan à Kaboul, une des zones les plus sécurisées d'Afghanistan, avait tué sept civils et blessé plus de 90 personnes, prouvant la quasi impossibilité de sécuriser le processus électoral.

Par ailleurs, les rebelles talibans ont également renouvelé leurs menaces contre les élections présidentielle et provinciales de jeudi en Afghanistan, jurant d'attaquer le scrutin qu'ils appellent à boycotter.

"L'Emirat islamique informe à nouveau tous ses compatriotes que personne ne devrait prendre à ce processus de dupes orchestré par les Américains. Il faut au contraire le boycotter", déclarent les talibans dans un communiqué. "Tous les moujahidines (combattants islamiques) doivent conduire leurs opérations contre l'ennemi, d'après le programme qui leur a été assigné, pour faire échouer ce complot des ennemis de l'islam contre le pays", ajoute le document.

Quelque 17 millions d'électeurs sont appelés aux urnes jeudi pour la seconde élection présidentielle de l'histoire du pays. Le même jour se tiendront des élections provinciales visant à désigner les 420 conseillers qui siégeront dans les conseils des 34 provinces.

> Afghanistan : Abdullah fera-t-il vaciller Karzaï ?

> Attentat suicide à Kaboul devant l'Otan