Nouveau blocage sur la dette américaine

  • A
  • A
Nouveau blocage sur la dette américaine
@ REUTERS
Partagez sur :

Les sénateurs ont écarté une proposition démocrate pour relever le plafond de la dette.

Les Américains vont-ils réussir à évite la banqueroute, annoncée pour mardi ? Le chef de la minorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, l’avait laissé entendre dimanche, affirmant qu’ils étaient en passe de trouver un accord avec les démocrates. "Nous sommes très proches d'un accord, nous avons eu une excellente journée hier", avait-il déclaré sur CNN, soulignant qu'il pensait pouvoir convaincre ses troupes au Sénat d'adhérer à ce plan.

Un optimisme douché par le vote de ces mêmes sénateurs, qui ont rejeté la dernière proposition en date des Démocrates. Dans un vote procédural de 50 voix contre 49, les élus ont écarté le texte élaboré par le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid.

Encore de nombreuses inconnues

L’optimisme affiché par le chef de file des sénateurs républicains était en effet très fragile. Mitch McConnell n'a guère donné de détails sur le compromis en train d'être négocié mais a indiqué qu'il s'élèverait à 3.000 milliards de dollars de baisse des dépenses sur dix ans.

Il ne s'est, par ailleurs, pas prononcé sur l'attitude que pourraient adopter les élus de la Chambre des représentants, dominée par les républicains, qui doivent également se prononcer sur un éventuel texte de compromis.

Le sénateur démocrate Charles Schumer a ainsi tempéré l'optimisme de Mitch McConnell, assurant sur CNN qu'aucun accord n'avait été "finalisé" et qu'il y a avait "encore beaucoup d'espaces blancs à remplir".

Une journée "cruciale"

"Nous devons trouver une solution. La journée d'aujourd'hui est bien évidemment cruciale", a annoncé David Plouffe, conseiller du président Barack Obama, interrogé sur la chaîne NBC.

L’enjeu reste le même : relever le plafond de la dette, une solution d’urgence pour éviter aux Etats-Unis la banqueroute à court terme. Mais cette manipulation comptable n’est que la première étape d’un long processus de réduction des déficits.

Républicains et démocrates peinent pourtant à s’entendre sur le rehaussement du plafond de la dette. Quelques douzaines de nouveaux élus proches des idées des ultra-conservateurs du "tea party" ont rejeté jusque-là les compromis qui leur étaient offerts.