Norvège : Breivik avait d'autres cibles

  • A
  • A
Norvège : Breivik avait d'autres cibles
Le palais royal à Oslo était une des cibles de Breivik, selon la presse locale.@ REUTERS
Partagez sur :

C'est ce qu'a affirmé l'auteur de la double attaque du 22 juillet à la police, qui refuse de dire qui était visé.

Anders Behring Breivik aurait-il pu attaquer le Palais royal norvégien ? L'auteur de l'attentat d'Oslo et de la fusillade sur l'île d'Utoeya le 22 juillet dernier, a affirmé aux enquêteurs qu'il avait eu d'autres cibles. Selon un journal norvégien, Breivik avait des projets de grande ampleur.

"Des cibles qui semblent naturelles pour un terroriste"

"Pendant ses interrogatoires, il a dit d'une manière générale qu'il était intéressé par d'autres cibles", a indiqué le procureur de la police, Paal-Fredrik Hjort Kraby, lors d'un point de presse. "Il s'agit de cibles qui semblent naturelles pour un terroriste", a-t-il ajouté, sans vouloir en dévoiler la nature.

Selon le tabloïd Verdens Gang, le Palais royal était dans le collimateur de Breivik en raison de sa valeur symbolique. Le siège du parti travailliste, formation au pouvoir coupable, selon lui, d'oeuvrer pour la société multiculturelle qu'il honnit, était également dans son viseur.

"Plusieurs projets d'ampleur différente ce vendredi-là"

"Il a eu plusieurs projets d'ampleur différente ce vendredi-là", avait par ailleurs déclaré Geir Lippestad, l'avocat de Breivik, au quotidien Aftenposten. "Des choses se sont produites ce jour-là, sur lesquelles je ne veux pas revenir, qui ont fait que les choses se sont déroulées différemment de ce qu'il avait prévu", avait-il ajouté.

Le Verdens Gang, qui ne révèle pas ses sources, indique aussi que les enquêteurs pensent que Breivik a eu des difficultés à fabriquer des explosifs, au-delà de la bombe qu'il reconnaît avoir fait détoner dans le quartier des ministères en plein coeur d'Oslo.

La police, de son côté, dit avoir renforcé la sécurité autour des principales institutions. "Nous avons pour règle de ne pas détailler les mesures mises en place mais la sécurité des institutions est assurée", a déclaré une porte-parole, Carol Sandby. Les forces de l'ordre ont inspecté une dizaine de cibles potentielles après les attaques mais rien de suspect n'a été repéré, a indiqué un responsable de la police, Johan Frederiksen, lors d'un point de presse vendredi.