Non, Jean-Michel Jarre ne s'exile pas

  • A
  • A
Non, Jean-Michel Jarre ne s'exile pas
@ MAX PPP
Partagez sur :

Le musicien réfléchit en revanche à installer certaines activités commerciales à Londres.

La première info. "Jean-Michel Jarre songe à l’exil fiscal au Royaume-Uni", titrait lundi soir The Guardian. Le quotidien citait alors une source au 10 Downing Street parlant de discussions autour d’un possible transfert d’opérations commerciales.

La demi-confirmation. Le compositeur de musique électronique français s'est bien entretenu ces derniers mois avec des responsables de Downing Street en vue d'installer des activités commerciales à Londres, selon les services de David Cameron. Mais pas d'exil fiscal en vue, a tenu à faire savoir l'intéressé.

Ce que Jean-Michel Jarre va faire outre-Manche. Jean-Michel Jarre, connu pour ses concerts spectaculaires de sons, lumières et musique électronique, dirige la société Jarre Technologies, qui produit des enceintes notamment pour tablettes électroniques et smartphones. Ce qui l'intéresse à Londres, c'est "Tech City", un centre consacré aux innovations technologiques dans l'est de la capitale britannique. "Il y a un nombre croissant d'entreprises et d'entrepreneurs du monde entier qui veulent participer" à Tech City, a indiqué le porte-parole de David Cameron. Et signe de l'importance du projet, le mois dernier, David Cameron a lui-même annoncé une investissement public de 60 millions d'euros.

>> A LIRE AUSSI - Et si Bercy taxait en France les expatriés ?

Qui appartient déjà au club des exilés fiscaux récents ? En tête de liste, Gérard Depardieu parti en Belgique et qui a répété que la censure par le Conseil constitutionnel de la taxe à 75% ne le ferait pas revenir. Alain Afflelou a lui aussi annoncé il y a peu qu'il partait s'installer à l'étranger, en l’occurrence à Londres, mais uniquement "pour deux ou trois ans". Mais il n'ira pas jusqu'à rendre son passeport. En octobre, on apprenait que Christian Clavier avait lui aussi posé ses valises à Londres. Mais là encore, pas question d'exil fiscal. Selon son agent, l'acteur avait surtout été "meurtri par le mauvais accueil de son dernier film". Enfin, la première fortune de France, Bernard Arnault, a déposé une demande pour devenir belge. Mais la procédure n'a pas encore abouti et elle s'annonce complexe.

>> A LIRE AUSSI - Les exilés fiscaux se multiplient