Non, Fidel Castro n'est pas mort

  • A
  • A
Non, Fidel Castro n'est pas mort
Fidel Castro a pris la plume pour démentir les rumeurs sur sa mort.@ REUTERS
Partagez sur :

L’ex-leader cubain s’est fendu d’une tribune dans la presse officielle pour démentir les rumeurs.

Avec sa chemise à carreaux et son chapeau de paille, il n'a plus grand chose du leader de la révolution cubaine. Fidel Castro, l’ex-président cubain âgé de 86 ans, a pris la plume lundi pour démentir les rumeurs le disant mort. Sa tribune, publiée dans le quotidien officiel Gramma, est accompagnée d’une série de photos, dont une le montre en train de lire le journal daté de vendredi dernier.

"Oiseaux de mauvaise augure ! Je ne me rappelle même pas ce qu’est un mal de tête", écrit celui qui a cédé la place à la tête du pays en 2006, à son frère Raul. Fidel Castro dénonce les journaux qui écrivent "les plus insolites stupidités" sur son état de santé et souligne : "quelle constance dans le mensonge, je leur offre les photos qui accompagnent cet article".

Apparition en public

fidel castro, elias jaua

© REUTERS

Samedi, Fidel Castro a aussi fait sa première apparition publique depuis six mois, aux côtés de l’ex-vice-président vénézuélien Elias Jaua, dans un grand hôtel du centre de La Havane. Auparavant, il avait été aperçu brièvement en mars, lors de la visite du pape à Cuba.

Dans Gramma, le "comandante" s’explique sur le fait qu’il a cessé fin juin de publier des "Réflexions" dans le quotidien officiel, dans lesquelles il s’exprimait sur des sujets divers. "Ce n’est certainement pas mon rôle d’occuper les pages de notre presse, dédiée à d’autres tâches dont le pays a besoin".

Crise des missiles de 1962

fidel castro, cuba,

© REUTERS

Fidel Castro explique qu’il aime aujourd’hui "lire et étudier" et profite de sa tribune pour revenir sur la crise des missiles survenue il y a 50 ans, en octobre 1962. Quand les États-Unis avaient découvert que l’Union soviétique avait placé des missiles nucléaires sur l’île, le monde avait alors bien failli basculer dans la guerre.

Mais pour Fidel Castro, ces missiles étaient nécessaires pour empêcher une invasion des forces américaines. Il assure ne rien regretter. "Notre conduite fut moralement irréprochable", écrit-il, ajoutant, catégorique : "nous ne présenterons jamais d’excuses à quiconque pour ce que nous avons fait".

>> A lire aussi : Cuba : un permis de sortie, oui mais...