Nigeria : 300 femmes sauvées des mains de Boko Haram

  • A
  • A
Nigeria : 300 femmes sauvées des mains de Boko Haram
@ Illustration AFP
Partagez sur :

L'armée nigériane affirme avoir libéré "200 filles" et 93 femmes d'un fief de Boko Haram. Mais rien ne dit qu'il s'agit des élèves de Chibok.

Dans sa guerre sans merci contre Boko Haram, l'armée nigériane fait savoir qu'elle a sauvé "200 filles" et 93 femmes d'un fief du groupe terroriste. Abuja n'a cependant pas confirmé qu'il s'agissait des lycéennes de Chibok, dont le sort avait ému la communauté internationale en 2014. "On vérifie l'identité des personnes libérées", a déclaré le porte-parole de l'armée Chris Olukolade. Au total, 300 femmes auraient été sauvées, sans que l'on ait de précisions sur leur âge.

Un repère islamiste au milieu de la forêt. L'opération militaire aurait eu lieu dans la forêt de Sambisa, au sud de Maidiguri à une cinquantaine de kilomètres de Chibok, dans l'Etat de Borno où se déroulent la plupart des combats contre Boko Haram. "Les troupes ont pris et détruit cet après-midi trois camps de terroristes dans la forêt de Sambisa", un des principaux repaires du groupe, a précisé le militaire. Les combats se sont faits très intenses dans cette zone de la région de Borno. L'armée nigériane affirme que le reste de l'Etat a été libéré des extrémistes, sans que cette information ait été confirmée par des sources indépendantes. Des corps de victimes civiles ont été retrouvées le week-end dernier à Damasak, dans l'extrême nord-est du Nigeria.

Des kidnappings réguliers. Les islamistes de Boko Haram se rendent régulièrement coupables d'exactions envers les populations civiles, dont des kidnappings. Au mois de mars, plus de 400 femmes et enfants avaient été enlevés à Damasak. Au total, selon Amnesty international, 2.000 Nigérianes ont été capturées l'an dernier. Les femmes kidnappés par les combattants sont souvent réduites en esclavage, mariées de force à des membres du groupe terroriste ou poussées à combattre.

Dans le même temps, le ministre de l'Intérieur du Niger, pays voisin qui participe également à l'offensive, annonce que 46 soldats et 28 civils ont été tués dans une attaque des islamistes menée samedi sur le lac Tchad, à l'extérieur des frontières nigérianes. 156 combattants islamistes sont morts dans l'opération, a-t-il ajouté.

>> LIRE AUSSI - Un an après, que sont devenues les lycéennes enlevées ?

>> LIRE AUSSI - Le Nigeria pourra-t-il "balayer" Boko Haram ?

>> LIRE AUSSI - La folie meurtrière de Boko Haram

>> LIRE AUSSI - Boko Haram attaque le Niger, le conflit se régionalise