Nigeria : 16 villes et villages "entièrement brûlés" par Boko Haram

  • A
  • A
Nigeria : 16 villes et villages "entièrement brûlés" par Boko Haram
@ AFP
Partagez sur :

La ville de Baga a notamment été "entièrement brûlée". De nombreuses personnes auraient péri, mais aucun bilan n'est confirmé pour le moment.

Une nouvelle fois, Boko Haram a semé la terreur. Dans le nord-est du pays, le groupe islamiste a rasé 16 villes et villages lors d'un raid mercredi. D'après des responsables locaux, les islamistes, lourdement armés, ont "entièrement brûlé" ces localités situées sur les rives du lac Tchad.

Un carrefour commercial et une base militaire. Parmi les villes détruites figure celle de Baga, un important carrefour commercial qui abrite une base militaire. La ville est tombée samedi aux mains de Boko Haram, après plusieurs heures de combat. Ce nouveau raid a fait de nombreuses victimes, mais aucun bilan n'a pu être confirmé dans l'immédiat. 

>> LIRE AUSSI - Nigeria : au moins 185 personnes enlevées par Boko Haram

Plus de 500 habitants fuyant les violences se sont par ailleurs retrouvés coincés, sans vivres, sur une île du lac Tchad. D'après le chef du syndicat des pêcheurs de l'Etat de Borno, "certains sont en train de mourir à cause du manque de nourriture, à cause du froid et du paludisme, sur cette île infestée de moustiques". 

>> ECOUTEZ AUSSI : La terreur Boko Haram

"Pas prudent d'aller chercher" les corps. Samedi, après les combats, d'autres habitants de Baga qui tentaient de trouver refuge dans la brousse ont été poursuivis par les islamistes à moto. Ils se sont fait tirer dessus. D'après un responsable local, "des corps gisent toujours dans la brousse tout autour, mais il n'est pas prudent d'aller les chercher pour les enterrer". 

D'autres ont réussi à fuir. Ils sont plus de 20.000 à se trouver dans un camp à Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, à 200 kilomètres au sud. Certains ont aussi pris la direction du Tchad voisin, qui a vu affluer depuis la mi-décembre plus de 3.000 réfugiés nigérians. 

>> LIRE AUSSI - Sur la piste de Boko Haram, reportage embarqué avec les milices locales

Un enjeu stratégique. Pour Boko Haram, la prise de Baga était un enjeu stratégique . Le groupe islamiste, qui contrôle déjà une vingtaine de villes et villages de la région, maîtrise désormais les frontières avec le Tchad, le Niger et le Cameroun. Baga est également un enjeu symbolique, puisqu'il s'agit de la base de la Force multinationale (MNJTF), censée regrouper des soldats nigérians, nigériens et tchadiens dans la lutte contre Boko Haram. Au moment de l'attaque, seules des troupes nigérianes y étaient stationnées.