New York : une attaque planifiée et commise au nom de l'EI

  • A
  • A
Partagez sur :

Un homme au volant d'une camionnette a tué huit personnes à Manhattan, mardi. L'auteur de l'attentat, interpellé immédiatement après les faits, a commis l'attentat au nom de l'État islamique et le préparait depuis plusieurs semaines. 

L'ESSENTIEL

Un homme au volant d'une camionnette a fauché des cyclistes et des passants mardi à Manhattan, faisant huit morts - dont six étrangers - et au moins 11 blessés, dans le premier attentat meurtrier à New York depuis 2001. L'auteur des faits, interpellé immédiatement après l'attaque, a commis l'attentat au nom de l'État islamique et le préparait depuis plusieurs semaines, selon la police new yorkaise.  

Les informations à retenir : 

  • Huit personnes ont été tuées, dont cinq Argentins et une Belge. Onze autres ont été hospitalisées dans un état "sérieux"

  • L'auteur, interpellé immédiatement après l'attaque, a commis l'attentat au nom de l'EI. Il le préparait depuis plusieurs semaines

  • Il s'agit du premier attentat à New York depuis 2001

Comment s'est déroulée l'attaque ?

L'attaque a eu lieu juste après 15 heures locales (20 heures à Paris) le long de la rivière Hudson, où se pressaient de nombreux cyclistes et passants. Beaucoup étaient déjà déguisés pour fêter Halloween et participer au grand défilé costumé qui se tient chaque année à Greenwich Village. La camionnette a d'abord foncé sur la piste cyclable et le couloir de promenade qui longent la rivière Hudson, vers le sud, sur près d'un kilomètre, renversant cyclistes et passants, avant de percuter un bus de ramassage scolaire et d'être obligée de s'arrêter, a expliqué le chef de la police, James O'Neill. 

"Le camion allait vraiment vite, il fauchait tout sur son passage", raconte un témoin au micro d'Europe 1. "Mon cerveau ne pouvait pas comprendre que c'était des gens. J'entendais ce bruit horrible : bang, bang, bang !" Le chauffeur est alors sorti de son véhicule, armé d'un fusil à air comprimé et d'un fusil de paint-ball. Plusieurs médias ont indiqué que le chauffeur de la camionnette avait crié "Allah Akhbar" ("Dieu est grand") en sortant de son véhicule. Les policiers lui ont alors tiré dessus, et l'ont appréhendé.

001_TW4HJ_preview

Huit morts et au moins onze blessés 

Huit personnes ont été tuées, dont cinq Argentins et une Belge. Les pompiers ont fait état de 11 blessés hospitalisés dans un état "sérieux", mais pas critique, dont trois Belges. Les cinq Argentins décédés, âgés de 48 à 50 ans, sont originaires de la ville de Rosario et faisaient partie d'un groupe de dix amis en vacances à New York. Ils "fêtaient le 30ème anniversaire de la fin de leurs études", selon un communiqué officiel de Buenos Aires. Un membre du groupe, qui a été blessé et a été hospitalisé, "est hors de danger". La femme belge tuée, originaire de Roulers, visitait New York en compagnie de sa sœur et de sa mère.

Que sait-on de l'assaillant ?

L'auteur de l'attentat l'a perpétré au nom de l'État islamique, a annoncé mercredi le chef adjoint de la police de New York, John Miller. L'assaillant, identifié comme Sayfullo S., un Ouzbek de 29 ans, préparait les faits depuis plusieurs semaines. "Il l'a fait au nom de l'EI et parmi les objets découverts sur les lieux se trouvait un message" manuscrit en arabe, citant l'EI, a précisé le chef adjoint de la police locale en conférence de presse. L'homme, blessé au ventre lors de la fusillade qui a mené à son arrestation, a été interrogé sur son lit d'hôpital. Après avoir subi une opération mardi soir, ses jours ne sont plus en danger.

L'assaillant, arrivé aux États-Unis en 2010 serait titulaire d'un permis de séjour permanent, et aurait résidé dans l'Ohio et en Floride avant de s'installer à Paterson, dans le New Jersey, à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de New York. Cet homme marié avec enfants, chauffeur de la société Uber, avait été arrêté à deux reprises par la police pour des infractions au code de la route, selon plusieurs médias.

Trump qualifie "d'animal" l'auteur de l'attentat 

Donald Trump a qualifié mercredi "d'animal" l'auteur de l'attentat. Il a également appelé à un changement de politique sur l'immigration, avec en particulier la fin du système d'attribution à la loterie des célèbres cartes vertes, dont aurait bénéficié l'assaillant, une information pas confirmée pour le moment. Le locataire de la Maison-Blance a également évoqué la possibilité d'envoyer l'auteur de l'attentat dans la prison de Guantanamo. 

Dans la nuit de mardi à mercredi, le président américain avait pointé du doigt sans attendre l'organisation État islamique (EI) et ordonné un renforcement du contrôle des étrangers souhaitant entrer aux États-Unis. "Être politiquement correct, c'est bien mais pas pour ça", a tweeté mardi soir le président. "Nous ne devons pas permettre à l'EI de revenir ou d'entrer dans notre pays après les avoirs vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez !", a tweeté Trump après l'attaque.



"C'est une journée très difficile pour New York", a déclaré Bill de Blasio sur les lieux de l'attaque, au sud-ouest de Manhattan, non loin du mémorial érigé en mémoire des victimes du 11-Septembre. Le maire démocrate, qui joue sa réélection dimanche, a demandé aux New-Yorkais d'être particulièrement vigilants et de signaler toute anomalie.