New York : la pochette où Neil Armstrong a mis des bouts de lune vendue 1,5 million d'euros

  • A
  • A
New York : la pochette où Neil Armstrong a mis des bouts de lune vendue 1,5 million d'euros
Il s'agit d'une pochette de décontamination de la Nasa@ JEWEL SAMAD / AFP
Partagez sur :

La précédente propriétaire est une avocate de l'Illinois qui l'avait achetée en 2015 lors d'une vente aux enchères pour 995 dollars (954 euros).

Une pochette utilisée par Neil Armstrong pour ranger les premiers échantillons lunaires jamais ramassés par l'Homme, et qui a failli finir à la poubelle, a trouvé preneur contre 1,8 million de dollars (1,5 million d'euros) jeudi, a annoncé la maison de vente aux enchères Sotheby's.

De 995 à 1,8 million de dollars. Ce sachet de décontamination, de la taille d'une trousse de toilette, est encore imprégné de traces de poussière et de petits cailloux lunaires. L'heureux propriétaire de cette pochette à tirette est un acheteur anonyme, qui a effectué la transaction au téléphone après cinq minutes d'enchères à New York. La précédente propriétaire, une avocate de l'Illinois, n'avait déboursé que 995 dollars (954 euros) pour acquérir ce petit bout d'histoire de la conquête spatiale en 2015. 



La vente coïncidait avec le 48ème anniversaire de l'alunissage d'Apollo 11 en 1969, mais cela n'a pas permis à la pochette d'être vendue entre deux et quatre millions de dollars, comme l'espérait Sotheby's. C'est le seul objet de la mission Apollo 11 resté aux mains d'un propriétaire privé.

De la Lune aux mains d'une avocate en passant par le FBI. Armstrong avait utilisé cette pochette pour ramasser ces échantillons de poussière et fragments de rochers sur la surface lunaire. Vu leur nature alors inconnue, ils furent placés dans des sachets de décontamination pour limiter les risques de toxicité. Une fois Apollo 11 revenue sur terre, la quasi-totalité du matériel fut expédiée au musée de l'air et de l'espace de Washington. Mais suite à une erreur d'inventaire, la pochette échoua au Johnson Space Center. Le personnel faillit la jeter, avant de la proposer à un collectionneur spatial du Kansas, gratuitement semble-t-il, qui la conserva sans connaître son histoire.

Acquise pour 995 dollars. À la suite d'une condamnation sans lien avec cette affaire, le FBI confisqua ses avoirs, pochette comprise. Elle fut mise aux enchères trois fois sans trouver preneur, jusqu'à ce qu'une avocate de l'Illinois ne s'en empare en 2015 pour une bouchée de pain : 995 dollars.

Remarquant des traces noires, elle l'envoya pour test à la NASA, qui confirma qu'il s'agissait de poussière lunaire d'Apollo 11 et d'un sachet de décontamination figurant sur la liste d'arrimage. Une bataille judiciaire s'ensuivit pour établir la propriété de la pochette, qu'un juge texan finit par trancher en faveur de l'avocate de l'Illinois.