Netanyahu prêt à négocier avec les Palestiniens

  • A
  • A
Netanyahu prêt à négocier avec les Palestiniens
Partagez sur :

Le premier ministre israélien serait prêt à reprendre immédiatement les négociations de paix mais ne fait pas référence à la création d’un Etat palestinien. Pour les Palestiniens, Benjamin Netanyahu reste trop vague dans ses intentions.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est dit prêt lundi à ouvrir des pourparlers de paix avec les Palestiniens mais sans faire référence à l'établissement d'un Etat pour ces derniers. "Nous sommes préparés à reprendre les négociations de paix sans délai et sans conditions préalables - le plus tôt sera le mieux", a-t-il dit dans le cadre d'une conférence organisée par l'AIPAC, groupe de pression pro-israélien aux Etats-Unis. "Je pense qu'il est possible de parvenir (à la paix), mais je pense que cela nécessite une nouvelle approche", a-t-il déclaré.

Le chef du gouvernement israélien a détaillé son approche "en trois volets" - questions politiques, développement de l'économie palestinienne et renforcement des forces de sécurité palestiniennes. Il a cependant dit attendre des Palestiniens qu'ils reconnaissent Israël en tant qu'Etat juif. Les Palestiniens redoutent que cette reconnaissance permette aux Israéliens d'empêcher le retour des réfugiés qui ont fui en 1948. Saëb Erekat, négociateur en chef des Palestiniens, a reproché à Netanyahu d'être resté vague dans son discours, en ne s'engageant pas à négocier sur les questions primordiales que sont le statut de Jérusalem et les réfugiés palestiniens, et en ne s'engageant pas non plus à rechercher une solution à deux Etats. "Nul n'a de temps à perdre en relations publiques et avec des formulations vagues" a-t-il déclaré.

Depuis son retour aux affaires le 31 mars dernier à la tête d'un gouvernement de droite, Netanyahu n'a jamais parlé spécifiquement de la création d'un Etat palestinien, condition sine qua non à la paix pour les Arabes et les Etats-Unis. Les dirigeants palestiniens ont rejeté l'idée d'une "paix économique" avancée par Netanyahu et exclu de reprendre les pourparlers de paix tant qu'il ne se sera pas engagé à accepter une solution à deux Etats.