Nelson Mandela "va bien"

  • A
  • A
Nelson Mandela "va bien"
Nelson Mandela a été hospitalisé samedi.@ REUTERS
Partagez sur :

Après avoir été hospitalisé samedi, il devrait sortir de l'hôpital dimanche ou lundi.

L'émotion était forte samedi, après l'annonce de la nouvelle hospitalisation de l'ancien président sud-africain, Nelson Mandela. Agé de 93 ans, il a été admis dans la matinée à l'hôpital, selon un communiqué du président, Jacob Zuma. Il devrait sortir "dimanche ou lundi" a ajouté le chef de l'Etat.

Une "douleur abdominale de longue date"

"Madiba se plaint depuis longtemps de douleurs au ventre et les médecins ont estimé qu'il avait besoin d'une attention médicale spécialisée", explique-t-on dans le texte. Il est "de bonne humeur" et "va bien" rassurait samedi un porte-parole.

Sa petite fille a pour sa part déclaré samedi ne pas être inquiète : "Je ne crois pas que ça soit une grosse histoire. Il est en parfaite santé. Quand je l'ai vu mercredi, il avait bon moral, était en parfaite santé".

La santé fragile du premier président de l'après-apartheid, affectueusement surnommé Madiba, avait déjà provoqué l’inquiétude en Afrique du Sud après son hospitalisation l'an dernier pour une infection respiratoire aiguë.

"Les voeux des Sud-Africains" et du monde entier

"Nous lui souhaitons une récupération rapide et nous l'assurons de l'amour et des voeux de tous les Sud-Africains et des gens à travers le monde", note le communiqué de la présidence qui demande aussi que "tous respecte l'intimité de Madiba et de sa famille pendant cette période".

La dernière apparition publique de Nelson Mandela remonte à la finale de la coupe du monde de football, organisée par l'Afrique du Sud, en juillet 2010. Séjournant d'habitude dans son village de la province d'Eastern Cape, il avait regagné son domicile de Johannesburg le mois dernier.

Prix Nobel de la paix en 1993, il a été élu en 1994 premier président noir d'Afrique du Sud lors du premier scrutin ouvert à tous les habitants du pays et s'est retiré en 1999 après un mandat unique.