Nelson Mandela sera inhumé le 15 décembre

  • A
  • A
Nelson Mandela sera inhumé le 15 décembre
@ MAXPPP
Partagez sur :

RETOUR SUR - Nelson Mandela est mort jeudi soir à l'âge de 95 ans. Le monde entier salue sa mémoire.

L'INFO. La figure emblématique de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela, est mort jeudi soir à l'âge de 95 ans. Dans le monde, les hommages au premier président noir d'Afrique du Sud sont unanimes.
>> Cet article est mis à jour régulièrement, pour l'actualiser cliquez ici.

L'ESSENTIEL

• Jeudi soir, le président Zuma a annoncé la mort de Nelson Mandela.
• François Hollande a annoncé, vendredi, qu'il se rendrait prochainement en Afrique du Sud.
• Des funérailles nationales auront lieu le 10 décembre et le corps de Nelson Mandela sera inhumé le 15.

LES DERNIÈRES INFOS

Des funérailles nationales. Une cérémonie nationale à la mémoire de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, décédé jeudi à l'âge de 95 ans, aura lieu le 10 décembre au stade de Soweto, et il sera inhumé le 15 dans son village de Qunu, a annoncé vendredi le président Jacob Zuma. "Nous allons accorder des funérailles nationales à l'ancien président Nelson Mandela, et il sera inhumé le 15 décembre à Qunu, dans la province du Cap oriental", a déclaré Jacob Zuma, ajoutant qu'une cérémonie officielle aura lieu le 10 décembre dans le stade Soccer City de Soweto, près de Johannesburg.  La dépouille de Nelson Mandela sera exposée à Union Buildings le siège de la présidence à Pretoria, du 11 au 13 décembre.

 

francois hollande 7 11 2013

© REUTERS

François Hollande se rendra en Afrique du Sud. Le président de la République se rendra aux obsèques de Nelson Mandela, a annoncé vendredi l’Élysée. La date de ce déplacement ne sera toutefois précisée que lorsque les autorités sud-africaines auront fixé celle des obsèques du héros de la lutte anti-apartheid. Le chef de l’État français a également rendu hommage à Nelson Mandela voyant en lui "un résistant exceptionnel", "un combattant magnifique", selon un communiqué de l’Élysée.



En France, les drapeaux seront mis en berne pour honorer la mémoire de Nelson Mandela. "C'est toute l'humanité qui est en deuil", a indiqué Jean-Marc Ayrault depuis Pékin, où il est en visite officielle

06.12.Mandela.Robben.Island.prison.Reuters.930.620

© REUTERS


Il était à Robben Island avec Mandela. Ahmed Katrada, 83 ans, raconte au micro d'Europe 1 ses 18 ans passés dans la prison de Robben Island, en même temps que Nelson Mandela. Il décrit des conditions de détention "difficiles" et insiste sur le fait que "Madiba" a "refusé" les privilèges qu'on lui proposait.

>> TEMOIGNAGE - Mandela n'a pas eu le pain pendant 12 ans

L'émotion de sa famille et de ses proches. Mandla Mandela, l'aîné des petits-enfants de "Madiba", a expliré ma reconnaissance pour "l'appui national et international que notre famille a reçu pendant les longs ennuis de santé de Madiba". "Dans la famille, nous reconnaissons que Madiba nous appartient, non seulement à nous, mais au monde entier". Rory Steyn a été le garde du corps de Nelson Mandela de 1994 à 1999. Au micro d'Europe 1, il évoque un homme "authentique", qui "adorait dévier du programme officiel" et qui "traitait tout le monde de la même manière.
 

>> TEMOIGNAGE - Rory Stern, évoque un homme authentique.

laurent fabius

© REUTERS

La classe politique française lui rend hommage. Sur Europe 1, Jack Lang, auteur d'une biographie de l'ancien président sud-africain, a assuré que si "Mandela [avait] quitté physiquement notre Terre", il n'avait "pas quitté ceux qui croient à la tolérance et à la liberté".

>> REGARDEZ - Pour Jack Lang,Mandela n'est pas parti.

La garde des Sceaux Christiane Taubira rend elle aussi hommage à "Madiba" en évoquant sa rencontre avec Nelson Mandela dans un texte publié sur le Huffington Post. Elle décrit son "magnétisme" et énumère : "Madiba est un rebelle, généreux et résolu, courtois et buté, cultivant l'ambition d'entendre à la fois la voix intérieure qui dit le chemin de l'intégrité et le chant du monde sous le vacarme des égoïsme, des insatiables voracités, des fureurs mégalomaniaques, des embardées de bons sentiments". Et sur son compte Twitter, la ministre lance un vibrant : "je vous aime".
>> POLITIQUE - Les réactions des politiques français

de klerk 930

© Reuters

Frederik de Klerk parle d'un "unificateur". La plus grande réussite de Nelson Mandela est d'avoir unifié l'Afrique du Sud et d'avoir oeuvré en faveur de la réconciliation entre Noirs et Blancs à la fin de l'apartheid, a estimé Frederik de Klerk, dernier président blanc sud-africain et co-Nobel de la Paix avec Mandela en 1993. "Il fut un grand unificateur et un homme très très spécial de ce point de vue au-delà de tout ce qu'il a accompli. Cette priorité de la réconciliation est son plus grand héritage", a dit De Klerk, 77 ans, dans un entretien à CNN. Selon lui, l'ancien dirigeant de l'ANC était un personnage "humain" et plein de compassion qui avait compris la peur qu'éprouvait la minorité blanche à l'idée d'une transition institutionnelle et démocratique.
mandela-bougies-reuters

Les Sud-Africains rendent hommage à "Madiba". Plusieurs centaines de personnes se sont réunies dans la nuit pour une veillée festive improvisée devant le domicile de Nelson Mandela à Johannesburg, immédiatement après l'annonce de sa mort. L'atmosphère était plus à la célébration qu'au recueillement, jeunes et vieux agitant des drapeaux, entonnant hymne national et chants anti-apartheid, criant des "Vive Mandela", tenant des chandelles, tandis que la police avait interdit le quartier à la circulation.

"Je suis ici parce que c'est le plus désastreux jour de ma vie en Afrique du Sud. Nous venons de perdre le père de notre nation. J'ai entendu la nouvelle et il fallait que je voie, juste pour dire un dernier adieu", a expliqué l'un des participants. "Pour le monde, il était une icône. Pour nous, il était notre leader, notre héros", a dit un autre, avant de se mettre à chanter.

>> VU DE LA-BAS : La tristesse de l'Afrique du sud



obama 930

© Reuters

De très nombreux hommages à l'étranger. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a salué en Nelson Mandela, "une source d'inspiration" pour le monde, tandis que le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré jeudi qu'"une grande lumière s'est éteinte". "Nelson Mandela était un héros de notre temps. J'ai demandé que le drapeau soit mis en berne au no 10" du Downing street. Le président américain, Barack Obama, a estimé qu'"avec la mort de Mandela, la monde a perdu l'un des êtres humains les plus influents, les plus courageux et les plus sincèrement bons". "Grâce à sa farouche dignité et à sa volonté inébranlable de sacrifier sa propre liberté pour la liberté des autres, il a transformé l'Afrique du Sud et nous a tous émus", a-t-il ajouté.





>> REGARDEZ - Mandela, une icône rentrée dans l'histoire.

Le pape François a envoyé au président sud-africain Jacob Zuma un télégramme dans lequel il "salue l'engagement constant montré par Nelson Mandela pour promouvoir la dignité humaine de tous les citoyens de la nation et forger une nouvelle Afrique du Sud.

Zuma 930620

© Capture d'écran Dailymotion

A 22h48, jeudi, le président Jacob Zuma annonce la mort de Nelson Mandela. Le chef de l'Etat sud-africain a pris la parole à la télévision nationale pour annoncer le décès de la figure emblématique de la lutte anti-apartheid. "Mes chers compatriotes sud-africains, Notre bien-aimé Nelson Mandela, le père fondateur de notre nation démocratique, est mort. Il est parti en paix, en compagnie de sa famille, vers 20h20, en ce 5 décembre 2013. Notre Nation a perdu son fils le plus illustre. Notre peuple a perdu un père. Bien que nous savions que ce jour viendrait, rien ne peut diminuer notre sentiment de perte... son combat pour la Liberté et le respect du monde entier, son humilité, sa compassion et son humanité et son amour", a déclaré Jacob Zuma.

D'après le quotidien britannique The Guardian, le corps de Nelson Mandela a été transporté vendredi matin à l'hôpital militaire de Pretoria. Des funérailles d’État seront organisées le 10 décembre.

>> Les adieux d'Europe 1 Matin à Nelson Mandela :