Nelson Mandela "n’a jamais perdu espoir"

  • A
  • A
Nelson Mandela "n’a jamais perdu espoir"
Partagez sur :

ARCHIVES - Jean-Pierre Elkabbach avait interviewé l’ancien président sud-africain le 10 mai 1990.

L’INFO. Depuis plusieurs mois, tout le pays était suspendu à l’évolution de la santé du père de la lutte anti-apartheid. Nelson Mandela est mort à l’âge 95 ans jeudi soir.

>>> "Madiba" dégageait "une force, une autorité qui impressionne avec un mélange de chaleur et de distance", affirmait le 10 mai 1990 sur Europe 1, le journaliste Jean-Pierre Elkabbach qui l’a rencontré à deux reprises. La première fois à Johannesburg, dans sa maison de Soweto, avec sa femme de l’époque Winnie, puis au siège de son parti, l’ANC, le congrès national africain, dans un immeuble banal de la capitale. Les 27 années en prison ne l’ont rendu "ni amer, ni hostile à l’égard des Blancs", racontait à cette époque Jean-Pierre Elkabbach. Ceux qui l’ont enfermé "se sont trompés", confiait Nelson Mandela lors de l’émission Pile ou face. Europe1.fr a exhumé quelques archives de cette interview.

En prison, Mandela n’a jamais perdu "espoir". Pour son action au sein de la branche militaire de l’ANC, Nelson Mandela va passer 27 ans dans le bagne de Robben Island. Son numéro de matricule : 46664.  Et pourtant, là-bas, il n’a "jamais perdu l’espoir". "Le soutien que nous avons reçu, tant ici que de l’étranger, nous a donné beaucoup de force", affirmait-il  sur Europe 1 le 10 mai 1990. Déjà lors du procès de Rivonia en 1963, "Madiba" avait été particulièrement touché par ce soutien international. "Il était très clair. Au procès, nous avions beaucoup de confiance et d’espoir car pour nous, il n’y avait pas de doute que du point de vue moral, nous avions le dessus", assurait-il sur Europe 1. Ces longues années passées derrière les barreaux l’ont également obligé à arrêter la boxe, un sport qu’il affectionnait particulièrement mais qu’il pratiquait comme "amateur". En prison, "nous n’avions pas l’équipement nécessaire mais je me suis maintenu en forme", affirmait Nelson Mandela qui a privilégié la "nourriture spirituelle" : la lecture et la musique.



Nelson Mandela sur la prisonpar Europe1fr

Mandela "n’a jamais voté". Nelson Mandela aura surtout été un symbole pour le monde entier d’abnégation en politique. Durant toute sa vie, il a lutté contre l'apartheid qui a été institutionnalisé en Afrique du sud dès 1948. "Les discussions que nous avons eu avec le gouvernement (du président Frederik de Klerk, le prix Nobel de la paix, ndlr) la semaine passée nous ont donné de l’espoir", avait assuré "Madiba" qui était en pleine négociation à l’époque. "Mais ce n’est pas quelque chose sur lequel nous devons être romantiques. L’apartheid est toujours en place", déplorait-il un an avant que cette politique de ségrégation des noirs ne soit abolie. Une souffrance personnelle pour l’enfant de Mvezo. "Je n’ai jamais voté", affirmait-il sur Europe 1 le 10 mai 1990. "Il y a beaucoup de discriminations dans tous les aspects de nos vies. La police tire toujours sur nous (…) Il existe une disparité énorme au niveau des revenus. L’apartheid est donc toujours en place", s’insurgeait Nelson Mandela au micro de Jean-Pierre Elkabbach.



Nelson Mandela sur le votepar Europe1fr

"Contre la domination des Noirs". Nelson Mandela est aussi connu pour avoir été le principal artisan de la réconciliation entre Blancs et Noirs en Afrique du sud. "Quand j’ai été l’un des accusés du procès Rivonia, à la suite duquel j’ai été condamné à la prison à vie, j’avais déclaré que j’étais contre la domination des Noirs. Tout comme je suis contre la domination des Blancs", affirmait-il sur l’antenne d’Europe 1. Nelson Mandela ne "pense pas en termes de couleurs". "Nous n’avons pas de Blancs ou de Noirs. Nous avons l’Afrique du sud", martelait-il. "Cette optique veut qu’il n’y ait pas de distinctions quand il s’agit de Sud-Africains sur la base de leur race et de leur couleur", ajoutait-il. Un des piliers de son programme électoral qui le conduire à la présidence de la République, le 9 mai 1994.



Nelson Mandela sur la prisonpar Europe1fr

>> Les adieux d'Europe 1 Matin à Nelson Mandela :