Ne venez pas, notre pays est nul !

  • A
  • A
Ne venez pas, notre pays est nul !
@ REUTERS
Partagez sur :

La Grande-Bretagne pourrait lancer une campagne pour décourager les immigrés bulgares et roumains.

Ici, il pleut tout le temps et les emplois sont sous-payés. Voici le message que la Grande-Bretagne s’apprête à envoyer aux ressortissants bulgares et roumains qui seraient tentés de venir s’y installer et y chercher du travail.

Casser l’image d’Eldorado

Un ministre britannique aurait estimé, le week-end dernier que ce type de campagne négative permettrait de "casser ce vieux cliché d’un pays où les rues sont pavées d’or".  Pour le moment, on ne sait pas à quoi ressemblera cette campagne d’"auto-dénigrement", rapporte le Guardian. Le projet en est au stade embryonnaire.

Du côté du 10 Downing Street, aucun commentaire n’a été fait sur la campagne. "Il est vrai que nous avons l’œil sur plusieurs options [pour limiter l’immigration, NDLR]  mais nous n’en commenterons aucune pour le moment, tant que le processus est en cours", a-t-on précisé.

La guerre des chiffres

Autres options pour la Grande-Bretagne, choisir de durcir les conditions d’immigration ou encore expulser les immigrés qui n’ont pas trouvé de travail trois mois après leur arrivée sur le sol britannique.

Le  ministère de l’Intérieur n’a pas chiffré le nombre de Bulgares et Roumains qui seraient susceptibles d’immigrer en Grande-Bretagne. Mais des associations telles que Migration Watch évoquent l’arrivée de 250.000 ressortissants roumains et bulgares dans les cinq prochaines années. Des chiffres erronés, selon le parlementaire conservateur Philip Hollobone, qui affirme que le nombre d’immigrés, issus de ces deux pays, aurait triplé ces deux dernières années.