Naufrage en Méditerranée : deux passeurs interpellés

  • A
  • A
Naufrage en Méditerranée : deux passeurs interpellés
@ AFP
Partagez sur :

Le capitaine du bateau, un Tunisien, et un membre d'équipage, un Syrien, ont identifiés parmi les 28 rescapés de ce naufrage et interpellés. 800 migrants ont disparu dans ce drame.

Ce sont les rares survivants d'une tragédie qui a fait 800 morts. 27 migrants rescapés du naufrage d'un chalutier survenu dimanche au large de la Libye, sont arrivés dans la nuit de lundi à mardi au port de Catane, en Sicile. Un autre d'entre eux avait été repêché puis hospitalisé dès dimanche soir, portant le nombre survivants à 28. Parmi les rescapés, deux des passeurs présumés ont identifiés et interpellés.

Un débarquement de deux heures. Le débarquement des survivants s'est fait au compte-goutte dans la nuit sur le port de Catane. Il a fallu plus d'une demi-heure pour voir sortir les trois premiers survivants, probablement les plus affectés : l'un d'eux était transporté sur un fauteuil roulant. Les autres, tous vêtus d'un sweat-shirt, le visage protégé par une capuche pour certains, tenant en main un petit baluchon, ne sont apparus que près de deux heures après l'accostage du bateau des gardes-côtes.  

Le capitaine et un membre d'équipage interpellés. Une dizaine de policiers en combinaisons blanches, portant des masques chirurgicaux sur le visage, ont fait la traversée avec ces migrants. Pendant les huit heures de navigation pour rejoindre la Sicile, ces représentants des forces de l'ordre ont réalisé de premières auditions de survivants. C'est ainsi qu'ils ont découvert que deux de leurs passeurs s'étaient glissés par eux, selon le procureur de Catane.

"Il s'agit du capitaine du bateau, un homme d'origine tunisienne, et un d'un membre d'équipage, d'origine syrienne", a-t-il expliqué au micro d'Europe 1. "On leur reproche à tous les deux  d'avoir encouragé l'immigration clandestine en bande organisée. Mais seul le capitaine est suspecté d'homicide en ayant provoqué la mort de ces centaines de migrants et en ayant provoqué le naufrage du navire", a poursuivi le magistrat. Les deux hommes ont été interpellés à leur arrivée sur la terre ferme.

Les survivants répartis dans différents centres.  Les 25 autres migrants présents sur le bateau des gardes-côtes ont quant à eux reçu quelques soins et une courte assistance psychologique. Ils ont  ensuite été pris en charge par la police et répartis dans différents centre de la région.  

>> LIRE AUSSI - Migrants en Méditerranée : qui sont les passeurs ?

>> LIRE AUSSI - Que deviennent les migrants après avoir été sauvés ?