Nairobi : une "veuve blanche" parmi les assaillants ?

  • A
  • A
Nairobi : une "veuve blanche" parmi les assaillants ?
@ CAPTURE D'ECRAN YOUTUBE
Partagez sur :

ZOOM - La veuve d’un kamikaze des attentats de Londres en 2005 a été citée comme faisant partie des shebab.

L’INFO. Le commando est "clairement multinational". Le chef de l’armée kényane, Julius Karangi, a confirmé lundi que les assaillants islamistes de Nairobi étaient de plusieurs nationalités. Un peu plus tôt, un compte Twitter présenté comme étant celui des shebab somaliens a égrené une liste de personnes, dont de nombreux étrangers, censées avoir participé, de près ou de loin, à l’attaque du centre commercial dans la capitale kényane. Un nom a particulièrement attiré l’attention, celui de la Britannique Samantha Lewthwaite, surnommée outre-Manche la "veuve blanche".

> ZOOM : Pourquoi Westgate était la cible idéale

La "veuve blanche" de Londres. Samantha Lewthwaite est la veuve de Jermaine Lindsay, kamikaze de l’attentat du métro de Londres, le 7 juillet 2005. Cette fille de soldat britannique, originaire du Buckinghamshire et mère d’au moins deux enfants, s’est convertie à l’islam pendant son adolescence. En 2005, elle a quitté le Royaume-Uni et aurait rejoint les shebab en Afrique de l’Est.

Un "exemple" pour les djihadistes. D’après le quotidien britannique The Telegraph, qui lui consacrait un portrait en juillet dernier, Samantha Lewthwaite est accusée d’avoir servi de financier à Al-Qaïda dans la région, et même d’avoir monté sa propre équipe de djihadistes femmes. Le nom de la jeune femme, âgée de 28 ans, apparaît en outre dans un blog kényan pro-djihad, intitulé "un exemple pour nous tous". Samantha Lewthwaite aurait participé à l’organisation d’attentats au Kenya, des allégations qui n’ont pas été confirmées par les autorités.

kenya, évacuation à Nairobi, REUTERS

Un "commandant" shebab dément. Interrogé par la BBC, un certain "Abou Omar", présenté comme étant un "commandant" des islamistes somaliens, a démenti la présence d’étrangers parmi les assaillants de Nairobi. "Il y a des rumeurs selon lesquelles des attaquants américains, britanniques et d’autres nationalités sont impliqués […] Je peux vous affirmer que rien de tout cela n’est vrai", a indiqué cet homme. "Nous ne demandons pas à nos sœurs de mener des attaques militaires de ce type", a-t-il ajouté à propos de la "veuve blanche".  Les autorités britanniques ont de leur côté indiqué "être au courant d’informations faisant état de la participation de Britanniques" dans l’attaque, des informations qui sont actuellement à l’étude.

> A LIRE AUSSI : Les dernières informations

Des Américains également impliqués ? Parmi les noms cités sur le compte Twitter attribué aux shebab figurent aussi ceux de plusieurs Américains. La piste, non confirmée, est également prise au sérieux par le FBI. Car les États-Unis accueillent la plus grande communauté d’expatriés somaliens et les shebab y recrutent activement. Plus de quarante Américains auraient ainsi rejoint le mouvement depuis 2007, un danger sur lequel un rapport du Congrès alertait dès 2011.

> TÉMOIGNAGE E1 : "Des corps déchiquetés un peu partout"