Nairobi : "des corps déchiquetés un peu partout"

  • A
  • A
Nairobi : "des corps déchiquetés un peu partout"
Des islamistes ont fait irruption samedi dans un centre commercial de Nairobi, au Kenya.
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - Hamid Aqerrout, rescapé de la prise d’otages au Kenya, raconte "l’enfer".

Il demeure extrêmement marqué par le moment d’horreur qu’il a vécu. Hamid Aqerrout, journaliste marocain, est un rescapé de la prise d’otages menée depuis samedi par des islamistes dans un centre commercial de Nairobi, au Kenya. Lundi, les forces de l’ordre kényanes tentent toujours de déloger les assaillants, après avoir secouru la plupart des otages. Hamid Aqerrout, lui, est rentré chez lui. Il a raconté à Europe 1 avoir vécu "le chaos" et "l’enfer".

> A LIRE AUSSI : Toutes les dernières informations

"Ils tiraient à bout portant". Quand les shebab somaliens, qui ont revendiqué l’attaque, ont envahi le centre, "ils ont commencé à tirer à bout portant sur tout ce qui bougeait". "En plus de ça, ils ont lancé des grenades", indique le journaliste, qui a "vu des corps déchiquetés un peu partout". Encore sous le choc, il décrit la "confusion générale, avec des hurlements, des cris". "C’était le chaos, l’enfer", ajoute-t-il, expliquant avoir été retenu en otage avec une dizaine de personnes, dont deux ont été exécutées sous ses yeux.



Nairobi : "c'était le chaos, l'enfer"par Europe1fr

"Ni mort, ni vivant". "J’ai cru que j’allais mourir, que je n’allais pas m’en sortir", confie Hamid Aqerrout qui a su, "dès le premier tir", qu’il s’agissait d’un "attentat bien préparé". Le Marocain a tenté de s’échapper, "en vain", de se cacher sous des tables. "C’était pire qu’une scène de guerre, parce qu’une scène de guerre on la voit dans un film. Là, c’est quelque chose que l’on vit", souligne-t-il. "Imaginez, neuf heures et demie de prise d’otages, avec des échanges de tirs, avec des grenades", lance le rescapé, pour qui "vous n’étiez ni mort, ni vivant".

> EN IMAGES : Retour sur 24 heures de terreur