Mousson mortelle en Asie

  • A
  • A
Mousson mortelle en Asie
En Birmanie, des pluies diluviennes ont provoqué ces derniers jours une montée des eaux rapides.@ AFP
Partagez sur :

Des pluies torrentielles ont frappé l'Inde, le Pakistan et la Birmanie dans des régions difficiles d'accès pour les secours.

Les pluies de mousson ont coûté la vie à des centaines de personnes à travers l'Asie et les secours tentaient toujours d'atteindre lundi certaines zones sinistrées en Inde, au Pakistan et en Birmanie.

Des morts en Inde et au Pakistan. Les autorités indiennes ont annoncé que plus de 120 personnes avaient trouvé la mort au cours des dernières semaines en raison des fortes pluies. Dans le Bengale occidental, au moins 48 personnes ont péri, "5.600 villages ont été touchées par les inondations et près de 1,1 million ont été déplacés dans des camps", a indiqué Javed Ahmad Khan, ministre de la gestion de l'Etat. Les secouristes recherchaient toujours lundi des villageois dans l'Etat septentrional de Manipur, où quatre corps ont été jusqu'à présent retrouvés dans un hameau enseveli sous une colline qui s'est effondrée.

Au Pakistan, plus de 850.000 personnes ont été affectées par les inondations qui ont tué 116 personnes, selon Ahmed Kamal, porte-parole de l'organisme chargé de la gestion des catastrophes nationales.

Inde inondations

Glissements de terrain au Vietnam. Au Vietnam, les sauveteurs luttaient toujours contre des glissements de terrain toxiques autour des mines de charbon inondées dans le nord du pays, proche du site touristique de la baie d'Halong classée par l'Unesco. 23 personnes ont été tuées dont deux familles englouties par des boues toxiques.

La Birmanie sous les eaux. En Birmanie, des pluies diluviennes ont provoqué ces derniers jours une montée des eaux rapides et plusieurs glissements de terrain, détruisant des milliers de maisons, de terres agricoles, de ponts et de routes. Les Nations unies se sont déclarées "préoccupées" par la situation qui pourrait être bien plus critique que ne le montrent les premiers bilans, faisant état jusqu'ici de 46 morts. Les accès à de nombreuses villes du nord et de l'ouest de la Birmanie ont été bloqués et les travailleurs humanitaires craignent que l'ampleur de la catastrophe soit pour l'instant sous-estimée.