Mineurs migrants isolés : Hollande appelle le Royaume-Uni à "prendre ses responsabilités"

  • A
  • A
Mineurs migrants isolés : Hollande appelle le Royaume-Uni à "prendre ses responsabilités"
François Hollande a appelé mardi le Royaume-Uni à "prendre ses responsabilités" en accueillant les mineurs migrants isolés actuellement accueillis en France. @ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Alors que la "Jungle" de Calais a été démantelée il y a presque quatre mois, des mineurs isolés cherchent encore à rejoindre le Royaume-Uni depuis la France. 

François Hollande a appelé mardi le Royaume-Uni à "prendre ses responsabilités" en accueillant les mineurs migrants isolés actuellement accueillis en France alors qu'ils ont de la famille outre-Manche.

Les accords "doivent être pleinement respectés". "La France prend sa part de l'effort européen. Elle attend aussi que ses partenaires fassent de même, surtout lorsqu'il s'agit de mineurs isolés", a affirmé le président de la République lors d'une conférence organisée à Paris sur le sort des 250 millions d'enfants vivant dans des zones de conflit. "J'appelle le Royaume-Uni à prendre ses responsabilités s'agissant des adolescents aujourd'hui en France et qui ont de la famille outre-Manche", a-t-il poursuivi, évoquant un important contentieux entre la France et la Grande-Bretagne sur l'accueil des mineurs. "Nous avons fait l'effort de les abriter, de les accueillir. Ils veulent aller au Royaume-Uni. Nous avons des accords avec ce pays ami et voisin, ils doivent être pleinement respectés", a rappelé le chef de l'Etat. 

Un précédent rappel la semaine dernière. Lors d'une visite à Londres la semaine dernière, le chef du gouvernement Bernard Cazeneuve a demandé le réexamen des dossiers des mineurs qui contestent le rejet de leur accueil au Royaume-Uni par les autorités britanniques, selon une source française. Le gouvernement britannique a été vivement critiqué par les défenseurs des réfugiés après avoir annoncé début février qu'il n'accueillerait que 350 de ces mineurs, un chiffre très loin des 3.000 enfants évoqués au moment de la mise en place du programme.

Il s'agit des enfants provenant de la "Jungle" de Calais, démantelée fin octobre.