Milan : (fausse) alerte au consulat américain

  • A
  • A
Milan : (fausse) alerte au consulat américain
@ CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS
Partagez sur :

Dans un climat de grande tension, la représentation diplomatique a été évacuée en raison d’un colis suspect.

L’INFO. La tension ne retombe pas dans les représentations diplomatiques. Le consulat des États-Unis à Milan a été évacué mardi après-midi en raison d’une alerte à la bombe. Plus tôt dans la journée, Washington avait fait évacuer des dizaines d’employé de son ambassade au Yémen, alors qu’une vingtaine d’ambassades et de consulats américains sont fermés en raison de menaces "crédibles" d’attentats.

> A LIRE AUSSI : Yémen : Londres et Washington en alerte

Une fausse alerte. L’alerte au consulat à Milan aurait été lancée à cause d’un colis suspect. Le consulat aurait reçu une lettre évoquant un engin explosif, selon le Corriere della Serra. Les rues adjacentes et les sorties de métro les plus proches ont été brièvement fermées. L’alerte a été levée après l’inspection des lieux par des artificiers.

L’ambassade au Yémen évacuée. Les États-Unis ont pris la décision de fermer jusqu’à samedi une vingtaine d’ambassades et de consulats au Moyen-Orient et en Afrique. Washington a invoqué des menaces "crédibles" d’attentats. Des communications d’Al-Qaïda sur un possible attentat ont été interceptées, poussant Washington à évacuer mardi les employés de son ambassade au Yémen. Les États-Unis ont aussi exhorté leurs ressortissants à quitter "immédiatement" le pays. Dans la foulée, Londres a également fait évacuer son personnel de son ambassade à Sanaa et placé sa marine marchande en état d'alerte maximum.

> A LIRE AUSSI : Hollande fait fermer l'ambassade au Yémen

Une menace "précise". Les messages interceptés auraient été échangés entre le numéro un d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, et le chef d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique, Nasser al-Whaychi. Le premier aurait ordonné au second de perpétrer un attentat dès le 4 août. Interrogé par CNN, un ancien collaborateur de la CIA, Robert Baer, a assuré que la fermeture de 22 ambassades en même temps était "très inhabituelle". Quant à Michael McCaul, président de la Commission de la sécurité intérieure à la Chambre des représentants, il a parlé "d’une des menaces les plus crédibles et les plus précises [jamais vues] depuis le 11-Septembre".