Migrants : si la France ne s'excuse pas, mieux vaut annuler la rencontre Conte-Macron, prévient Salvini

  • A
  • A
Migrants : si la France ne s'excuse pas, mieux vaut annuler la rencontre Conte-Macron, prévient Salvini
Matteo Salvini a estimé mercredi que sans "excuses officielles" de la France il valait mieux annuler la rencontre prévue entre Emmanuel Macron et Giuseppe Conte.@ ALBERTO PIZZOLI / AFP
Partagez sur :

"Si les excuses officielles n'arrivent pas, le Premier ministre Conte fera une bonne chose en n'allant pas en France", a déclaré mercredi Matteo Salvini.

Le ministre italien de l'Intérieur et chef de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini a estimé mercredi que sans "excuses officielles" de la France il valait mieux annuler la rencontre prévue entre le président français Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte.

"Si les excuses officielles n'arrivent pas, le Premier ministre Conte fera une bonne chose en n'allant pas en France" pour ce sommet, a déclaré à des journalistes Matteo Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue. Emmanuel Macron avait dénoncé mardi la "part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien", qui a refusé d'accueillir le navire Aquarius avec plus de 600 migrants à son bord tandis que le porte-parole de son parti La République en marche, Gabriel Attal, a déclaré que la position de l'Italie était "à vomir".

"Le gouvernement italien considère inacceptables les paroles utilisées dans des déclarations publiques hier à Paris", ajoute mercredi un communiqué du ministre italien des Affaires étrangères Enzo Moavero Milanesi, qui avait convoqué dans la matinée l'ambassadeur de France en Italie. C'est finalement la numéro deux de l'ambassade, Claire Anne Raulin, qui s'est rendue à cette convocation, l'ambassadeur ne se trouvant pas à Rome.

Les relations franco-italiennes compromises ? Selon Enzo Moavero, "de telles déclarations compromettent les relations entre l'Italie et la France". "Les tons utilisés sont injustifiables" et même si Enzo Moavero "comprend qu'un État ami et allié puisse être en désaccord avec les positions d'un autre État, le désaccord doit être exprimé d'une manière et dans des formes cohérentes avec un tel rapport d'amitié". Dans un ton très diplomatique, Enzo Moavero réclame lui aussi des excuses de la part de la France. "Le gouvernement italien souhaite que les autorités françaises, une fois faites les réflexions opportunes, assument rapidement des initiatives de nature à réparer la situation qui s'est créée", a conclu Enzo Moavero.

Pour sa part, l'Elysée a répliqué n'avoir "reçu aucune information de la présidence du Conseil (italien) sur une demande d'excuse ou sur une possible annulation de la visite de Giuseppe Conte". 

La France "attachée au dialogue et à la coopération" avec Rome

La France est "attachée au dialogue et à la coopération" avec l'Italie sur la gestion de la crise migratoire qui frappe l'Europe, a déclaré mercredi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, alors que le ton monte entre Paris et Rome sur cette question. "Nous sommes parfaitement conscients de la charge que la pression migratoire fait peser sur l'Italie et des efforts que ce pays fournit. Aucun des propos tenus par les autorités françaises n'a bien entendu remis cela en cause", a ajouté le porte-parole dans une déclaration écrite peu avant que le gouvernement italien juge nécessaires des "excuses officielles" de la France après des propos d'Emmanuel Macron dénonçant le "cynisme" et "l'irresponsabilité" italiens.