Migrants : malgré la signature du décret Trump, 2.300 enfants restent "perdus dans le système"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le président américain a mis fin aux séparations des familles à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, mais son administration n'a prévu aucune procédure pour réunir celles qui ont déjà été éparpillées à travers le pays.

Il y a six jours, devant le tollé provoqué par sa politique migratoire aux Etats-Unis et dans le monde, Donald Trump renonçait à séparer les familles de sans-papier ayant franchi la frontière mexicaine. Mais pour près de 2.300 enfants arrivés sur le territoire étasunien, le mal est déjà fait ; presque tous sont désormais loin de leurs parents, éparpillés aux quatre coins des Etats-Unis. À New York, Europe 1 a rencontré un avocat qui tente notamment d’aider trois enfants de 10, 8 et 5 ans, venus du Guatemala, et séparés de leur mère depuis plus d’un mois et demi.

3.000 kilomètres de séparation. Cette femme est détenue en Arizona, quand eux sont placés dans un centre à New York. Plus de 3.000 kilomètres les séparent. Depuis mai, ils n'ont pu se parler que deux fois au téléphone. La dernière fois, la petite fille de 8 ans, désemparée, a supplié sa mère de venir la chercher.

Des parents sans nouvelle de leurs enfants. Depuis son centre de détention, celle-ci est l'une des rares parents à savoir où se trouvent ses enfants, parce qu'elle a eu le bon réflexe de leur laisser les coordonnées d'un membre de la famille déjà installé aux Etats-Unis, comme l'explique son avocat. "Leur maman leur a dit : 'si jamais on est séparé, dites leur bien d’appeler votre tante en Caroline du Nord. Voilà son numéro'", raconte-t-il. "Sans ce numéro, il n’y avait aucun moyen pour ces enfants de contacter leur tante et de retrouver leur mère".

Un vide législatif. La tante a alors engagé cet avocat new-yorkais, qui depuis se heurte à un véritable casse-tête administratif puisqu'il lui est impossible d'accéder au centre où sont hébergés les enfants. "Ils sont perdus dans le système, ils sont dans le vide", déplore-t-il. Il espère toutefois pouvoir faire libérer leur mère et la faire venir à New York, même s'il ignore encore, à l'heure actuelle, si elle retrouvera ses enfants. De demande en demande, toutes les agences fédérales lui font la même réponse : l'administration Trump n'a prévu aucune procédure pour réunir les familles.