Midterms : le top 5 des "losers"

  • A
  • A
Midterms : le top 5 des "losers"
@ REUTERS MONTAGE
Partagez sur :

Ils ont investi des millions dans la campagne. En pure perte. Tour d’horizon de ceux qui ont perdu.

Les républicains se sont emparés mardi de la Chambre des représentants, sans parvenir à décrocher le Sénat, infligeant un sérieux revers au président démocrate Barack Obama. Mais candidat du Tea Party, représentant républicain ou démocrate : tous n'ont pas perdu dans les mêmes largeurs. Tour d'horizon de ceux qui ont subi une sévère défaite mardi.

La défaite la plus chère - Meg Whitman rêvait de reprendre le poste de Governator en Californie et se voyait déjà occuper le fauteuil d’Arnold Schwarzenegger. Mais l’ancienne dirigeante d'eBay a échoué face à un démocrate de 72 ans Jerry Brown. Elle avait pourtant injecté plus de 140 millions de dollars de sa fortune personnelle dans son premier combat électoral. La note est donc salée.

O'Donnell désormais plus connue que le vainqueur

La défaite la plus médiatique - Christine O'Donnell, candidate républicaine soutenue par le Tea Party, a sèchement échoué mardi face au démocrate Christopher Coons, élu sénateur dans le Delaware. O'Donnell, 41 ans, avait créé la surprise en remportant la primaire républicaine face à Mike Castle, un poids lourd du Grand Old Party élu à neuf reprises à la Chambre des représentants. Mais la campagne a vite révélé ses limites. Elle avait notamment reçu le soutien de Sarah Palin, l'ex-candidate à la vice-présidence.

La défaite la plus symbolique - S’il y avait un siège que Barack Obama espérait bien sauver, c’était celui-ci. Les démocrates ont subi une défaite symbolique mardi avec la conquête de l’ancien siège du président américain par le républicain Mark Kirk. Il devient le nouveau sénateur de l'Illinois. Ce siège, qu’Obama a quitté il y a deux ans en prenant ses fonctions de président, aurait dû assurer une victoire facile aux démocrates, qui n'ont perdu qu'une élection sénatoriale dans l'Illinois au cours des quatre dernières décennies. Mais une série de scandales a affaibli le parti présidentiel dans cet Etat du Midwest où, comme ailleurs dans le pays, les électeurs ont exprimé leur mécontentement face à la crise économique.

Des batailles "test" pour Obama

La défaite la plus serrée - Candidate dans le Nevada,Sharron Angle faisait partie de ces candidats du Tea Party qui ont fait trembler les démocrates. Elle affrontait Harry Reid, chef du groupe de la majorité au Sénat. Ce scrutin focalisait l'attention et était l'un des plus suivis, tant les sondages annonçaient un duel au coude à coude entre l'un des politiciens les plus influents des Etats-Unis et une des icônes du Tea Party. Le Parti républicain en avait fait un de ses objectifs prioritaires et avait consacré de larges ressources financières à la campagne de Sharron Angle. Mais au final, c’est le proche de Barack Obama qui a remporté la mise avec seulement 51% des voix.

La défaite "clé" - Elle aussi avait dépensé une fortune en spots publicitaires. En pure perte. L’ex-PDG de la firme informatique Hewlett-Packard, Carly Fiorina, a été laminée mardi soir par la sénatrice démocrate Barbara Boxer. La Californie était l'un des Etats sur lesquels les démocrates comptaient le plus pour conserver leur majorité au Sénat. Le pari est donc réussi pour le camp Obama.

>> Le top 5 des "winners"