MH370 : la fin des recherches est "totalement incompréhensible" pour un parent de victimes

  • A
  • A
MH370 :  la fin des recherches est "totalement incompréhensible" pour un parent de victimes
@ AFP PHOTO / AUSTRALIAN DEFENCE/LSIS JAMES WHITTLE
Partagez sur :

Ghislain Wattrelos, qui a perdu sa femme et deux de ses enfants dans la disparition de l'avion de la Malaysia Airlines en mars 2014, réagit mal à la suspension des recherches sous-marines annoncée mardi. 

Ghislain Wattrelos est un homme déterminé et en colère. Déterminé, car depuis la disparition de sa femme et deux de ses enfants le 8 mars 2014 avec le vol MH370 de la Malaysia Airlines, ce père de famille ne cesse de traquer le moindre indice qui permettrait de lever le voile sur l'une des affaires les plus mystérieuses de l'histoire de l'aviation. En colère parce que, depuis presque trois ans maintenant, Ghislain Wattrelos a l'impression de se battre seul, avec les autres familles de victimes, pour faire émerger une vérité que les autorités veulent garder secrète, assure-t-il. 

"J'ai toujours dit que je ne croyais pas à cette zone de recherches". L'arrêt des recherches sous-marines annoncé mercredi par l'Australie en est le dernier rebondissement. "Je suis à la fois peu surpris et en colère, parce que j'ai toujours dit que je ne croyais pas à cette zone de recherches qu'ils ont définie il y a plus de deux ans. Donc là c'est la preuve qu'il n'y a rien dans cette zone", témoigne-t-il sur Europe 1 mercredi. En décembre, les autorités australiennes avaient jugé que l'épave ne se trouvait probablement pas dans la zone préétablie. 


"Totalement incompréhensible". "Les Australiens ont dit ça il y a un mois, et annoncent après qu'ils arrêtent les recherches... C'est totalement incompréhensible, totalement contradictoire. Donc j'ose espérer qu'ils vont revenir sur cette décision que je ne comprends pas du tout", ajoute-t-il. Les experts ont identifié une autre zone probable de 25.000 kilomètres carrés. Mais l'Australie comme la Malaisie avaient jugé que les probabilités d'y retrouver l'avion n'étaient pas suffisantes pour étendre les opérations. "On ne peut accepter que les avions de ligne disparaissent sans laisser de trace", a répondu le collectif de familles de victimes Voice 370 mardi. 

Une vingtaine de débris retrouvés. Très vite après la disparition de ce vol, Ghislain Wattrelos avait expliqué se sentir "abandonné" par la France. "On a quand même l'impression qu'il y a des tas de gens qui n'ont pas envie qu'on sache la vérité", avait-il confié à Europe 1 en juin 2014, trois mois après la disparition de l'avion. 


Débris du MH 370 : "On sait depuis 14 mois qu...par Europe1fr

Aucun indice ne permet d'expliquer comment l'appareil a disparu ni où il pourrait se trouver. Mais une vingtaine de débris découverts sur le littoral de l'océan Indien au large de l'Afrique de l'Est - loin de la zone de recherche actuelle - ont été identifiés comme appartenant probablement ou certainement au Boeing 777 de Malaysia Airlines.