Mexique : Maude Versini "très contente" du soutien de Valérie Trierweiler

  • A
  • A
0 partage

INTERVIEW E1 - Cette mère demande à François Hollande d'intervenir pour récupérer ses enfants, au Mexique avec leur père.

INTERVIEW E1. Maude Versini demande à François Hollande d'agir pour pouvoir récupérer ses trois enfants, retenus par leur père au Mexique. Le président français pourrait en discuter avec son homologue mexicain qu'il rencontre jeudi à l'occasion d'un voyage officiel. Mais l'affaire est très sensible : l'ex-mari de Maude Versini, ancien gouverneur de l'Etat de Mexico, est un proche du président Enrique Pena Nieto. Et dans ce dossier complexe, une voix s'est fait entendre mercredi : celle de Valérie Trierweiler. Un soutien apprécié par Maude Versini, invitée d'Europe 1 jeudi matin.

Un soutien "précieux". Valérie Trierweiler, l'ex-Première dame a témoigné son soutien à Maude Versini sur Twitter mercredi en fin de journée : "Je soutiens Maude Versini qui n'a pas vu ses enfants depuis 847 jours, retenus par leurs père au Mexique. Aidons-la. La diplomatie française doit agir", a écrit Valérie Trierweiler, ce qui aurait contrarié le Quai d'Orsay.



"Valérie Trierweiler m'a beaucoup aidée. Elle m'a reçue à deux reprises à l'Elysée l'année dernière. Elle était très sensible à cette affaire", a détaillé Maude Versini. L'ancienne Première dame avait déclaré vouloir tenter d'aller au Mexique avec François Hollande avant leur séparation, a encore raconté la mère de famille. "Je suis très contente de son soutien et il m'est précieux", s'est réjouie Maude Versini.

"Ce n'est plus une affaire privée". Cette mère divorcée n'a pas pu voir ses enfants depuis plus de deux ans. "Ce n'est plus une affaire privée depuis longtemps, depuis que les juges ont retourné leur veste", plaide Maude Versini qui s'inquiète pour ses enfants.

Les magistrats mexicains lui avaient "donné raison dans tous mes procès en 2012" et ont "subitement [changé] d’avis sans que le dossier ait été modifié", a expliqué la mère. "Ces juges qui m’ont interdit un droit de visite, j’estime que mes droits sont violés, la convention de La Haye bafouée…", plaide-t-elle.  "Ce sont des enfants qui ne m'appellent plus maman. Ma fille m'appelle Madame. On les convainc que je suis une mauvaise mère."

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

PERSONA NON GRATA - Valérie Trierweiler s'invite au voyage de Hollande au Mexique

UN AN APRES - Florence Cassez reste "très fragilisée"

INTERVIEW - "La visite de François Hollande au Mexique est mon seul espoir"