Mexique : l'extradition d'"El Chapo" examinée fin septembre

  • A
  • A
Mexique : l'extradition d'"El Chapo" examinée fin septembre
"El Chapo" est actuellement détenu dans une prison mexicaine.@ OMAR TORRES / AFP
Partagez sur :

L'avocat du narcotrafiquant a prévenu qu'il ferait appel de la décision si elle lui était défavorable. 

Un tribunal de Mexico examinera le 26 septembre le dossier d'extradition vers les États-Unis du baron de la drogue Joaquin "El Chapo" Guzman, a annoncé son avocat mercredi, prévenant qu'il ferait appel de la décision si elle était défavorable au narcotrafiquant.

"Des jours ou des semaines". Les juges étudieront les deux appels des avocats de Joaquin Guzman pour tenter de bloquer le processus d'extradition - qui a déjà été approuvé par le ministère des Affaires étrangères mexicain en mai -, a indiqué l'avocat José Refugio Rodriguez. "Le juge peut prendre une décision - ou pas - ce jour-là, mais habituellement dans ce genre de cas, il prend du temps pour analyser (le dossier)" selon l'avocat, ajoutant que la décision peut prendre "des jours ou des semaines". Si le juge accepte l'extradition, "El Chapo" aura dix jours pour faire appel de cette décision auprès d'une juridiction supérieure. L'avocat prévient que l'affaire pourrait même aller jusqu'à la Cour suprême. 

Trafic de drogues et meurtre. Le puissant chef du cartel de Sinaloa, dans l'ouest du Mexique, a été arrêté en janvier, six mois après son évasion spectaculaire d'une prison de haute sécurité par le biais d'un tunnel de 1,5 kilomètre de long. "El Chapo" est poursuivi en Californie pour trafic de drogues ainsi qu'au Texas, notamment pour meurtre. Le président mexicain Enrique Peña Nieto s'était par le passé opposé à l'extradition d'"El Chapo", préférant le juger au Mexique avant de changer d'avis après la seconde évasion de prison du baron de la drogue, qui avait alors infligé un sérieux camouflet aux autorités mexicaines. L'extradition pourrait avoir lieu d'ici la fin de l'année, selon un membre du gouvernement américain. L'avocat d'"El Chapo" estime lui qu'elle pourrait prendre des années.