Mexique : des militants et des journalistes accusent le gouvernement de les espionner

  • A
  • A
Mexique : des militants et des journalistes accusent le gouvernement de les espionner
Selon ces journalistes et militants, 76 tentatives de piratage avec le sotfware Pegasus les ont visés.@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

 Les journalistes ont annoncé qu'ils avaient déposé une plainte devant la justice pour accès illégal à des communications privées, notamment.

Des militants et journalistes ont accusé lundi le gouvernement mexicain de les espionner en utilisant un logiciel espion israélien vendu uniquement aux Etats. La présidence mexicaine a démenti ces accusations.

Plainte déposée. Les journalistes ont annoncé lors d'une conférence de presse à Mexico qu'ils avaient déposé une plainte devant la justice pour accès illégal à des communications privées, notamment. "Il s'agit d'une opération de l'Etat où des agents de l'Etat mexicain, loin de faire ce qu'ils doivent légalement, ont utilisé nos ressources (publiques), nos impôts, notre argent, pour commettre des délits graves", a déclaré la journaliste mexicaine Carmen Aristegui, célèbre pour ses investigations sur des cas de corruption du gouvernement. 

24 messages reçus. L'enquête, publiée lundi par le New York Times, révèle que des militants des droits de l'homme, des journalistes et des militants anti-corruption ont été victimes d'espionnage au Mexique avec un logiciel d'une société israélienne qui possède parmi ses clients les ministères mexicains de la Défense et de la Justice. "Qu'a à dire le président du Mexique sur cet espionnage commis de façon perfide et illégale?", a demandé Carmen Aristegui. La journaliste a dit avoir reçu directement sur son téléphone 24 messages textes, entre janvier 2015 et juillet 2016, tandis que 32 autres sont parvenus à des membres de son équipe, et même à son fils de 16 ans.

76 tentatives de piratage. Les SMS provenaient de différentes directions et noms de domaine prenant des noms de médias, de réseaux sociaux et même de l'ambassade des Etats-Unis. Ils renvoyaient sur un lien qui installait le logiciel espion sur leur téléphone portable. Selon ces journalistes et militants, 76 tentatives de piratage avec le sotfware Pegasus les ont visés. Dans une réponse au New York Times, le porte-parole de la présidence mexicaine, Eduardo Sanchez, a rejeté les accusations d'espionnage. "Il n'y a aucune preuve que des agences du gouvernement mexicain soient responsables de l'espionnage supposé décrit dans votre article", a écrit le porte-parole.

"Ennemis de l'Etat". Parmi les personnes espionnées figurent des avocats travaillant sur la disparition de 43 étudiants en 2014 ou encore le directeur de l'Institut mexicain pour la compétitivité, Juan Pardinas, qui milite pour une législation anti-corruption renforcée. Sa femme avait reçu un message lui indiquant que son mari la trompait et lui proposant de cliquer sur un lien pour accéder à des preuves, selon le quotidien. "Nous sommes les nouveaux ennemis de l'Etat" a déclaré Juan Pardinas.