Meurtre de l'opposant russe Nemtsov : 11 à 20 ans de prison pour les cinq accusés

  • A
  • A
Meurtre de l'opposant russe Nemtsov : 11 à 20 ans de prison pour les cinq accusés
@ ANDREY SMIRNOV / AFP
Partagez sur :

Les cinq hommes sont accusés d'avoir organisé et exécuté le meurtre de l'opposant russes Boris Nemtsov tout près des murailles du Kremlin.

Les cinq hommes accusés du meurtre de l'opposant russes Boris Nemtsov en février 2015 ont été condamnés à des peines de 11 à 20 ans de prison par un tribunal de Moscou après un procès qui n'a toutefois pas permis de retrouver le commanditaire.

20 ans de prison pour l'assassin. L'homme qui avait tiré sur Boris Nemtsov, Zaour Dadaïev, a été condamné à 20 ans de prison tandis que ses quatre co-accusés, tous originaires des républiques musulmanes de Tchétchénie et d'Ingouchie, écopent de peines allant de 11 à 19 ans "à régime sévère". La détention à "régime sévère" implique moins de promenades, de visites de proches ou de correspondances qu'en régime "normal". Ils avaient été reconnus coupable le 29 juin à l'issue d'un procès en assises, les jurés ne devant se prononcer que sur la culpabilité des accusés.

Un sixième homme toujours en fuite. Les cinq hommes, Zaour Dadaïev, Chadid et Anzor Goubachev, Temirlan Eskerkhanov et Khamzat Bakhaïev, étaient jugés depuis octobre 2016 pour le meurtre de Boris Nemtsov, un des principaux opposants au président Vladimir Poutine, abattu le 27 février 2015. Tous avaient plaidé non coupable et l'un d'eux a tracé le mot "mensonge" sur la vitre du box où les condamnés sont gardés au moment de l'énoncé du verdict. Un sixième homme, tchétchène également, Rouslan Moukhoudinov, identifié en décembre 2015 comme le commanditaire présumé du crime, est toujours recherché par la police.

Des proches de Boris Nemtsov ont accusé l'entourage de l'autoritaire dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, voire Ramzan Kadyrov lui-même, d'être responsable de son assassinat. Le jour où les cinq accusés avaient été déclarés coupable, l'avocat de la famille Nemtsov avait qualifié de "fiasco total" l'enquête sur ce meurtre.