Meurtre de Boris Nemtsov : Moscou pointe la piste tchétchène

  • A
  • A
Meurtre de Boris Nemtsov : Moscou pointe la piste tchétchène
L'opposant russe Boris Nemtsov a été tué par balles le 27 février dernier.@ KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP
Partagez sur :

L'un des suspects de l'assassinat de l'opposant russe a été placé en détention après "des aveux".  

"La participation de Zaour Dadaïev au meurtre (de Boris Nemtsov, ndlr.) a été confirmée par ses aveux", a assuré la juge Natalia Mouchnikova dimanche. Il s'agit de l'un des cinq suspects de l'assassinat de l'opposant russe qui avaient été présentés au tribunal.

D'origine tchétchène, Zaour Dadaïev, qui était chef adjoint d'une unité de police tchétchène selon l'agence de presse RIA Novosti, a été arrêté samedi en Ingouchie, république instable voisine de la Tchétchénie, dans le Caucase russe. Son nom apparaît sur le site officiel du gouvernement tchétchène, qui indique que le président Vladimir Poutine a remis en octobre 2010 la médaille du Mérite "au sergent Zaour Dadaïev", sans qu'il soit possible de vérifier s'il ne s'agit pas d'un simple homonyme.

Les trois autres suspects jugés non coupables. Zaour Dadaïev a été arrêté en compagnie d'Anzor Goubachev, lui aussi d'origine tchétchène, employé dans une société de sécurité privée à Moscou selon RIA Novosti. Zaour Goubachev s'est déclaré non coupable, selon l'agence Tass. Egalement présentés à un tribunal moscovite, trois autres suspects, Tamerlan Eskerkhanov, Ramzat Bakhaïev et Shaguid Goubachev, le jeune frère d'Anzor Goubachev, se sont aussi déclarés non coupables, d'après les agences russes. Tous les trois d'origine tchétchène, ils ont été arrêtés samedi et dimanche en Ingouchie, a précisé Albert Barakhoïev, secrétaire du Conseil de Sécurité de la république caucasienne.

Ces arrestations arrivent un peu plus d'une semaine après l'assassinat de l'opposant russe Boris Nemtsov, abattu de quatre balles dans le dos le 27 février au pied du Kremlin.

>> LIRE AUSSI - Les obsèques très politiques de Boris Nemstov

>> LIRE AUSSI - Manifestations d'ampleur à Moscou

>> LIRE AUSSI - La réaction de l'ambassadeur de Russie en France : "On veut déstabiliser la Russie"