Merkel reste ferme sur l'accueil des réfugiés

  • A
  • A
Merkel reste ferme sur l'accueil des réfugiés
@ TOBIAS SCHWARZ / AFP
Partagez sur :

La chancelière allemande refuse de remettre en cause sa politique d’accueil des réfugiés, très critiquée depuis les faits divers et attentats commis récemment outre-Rhin.

La chancelière allemande Angela Merkel a "fermement" rejeté jeudi les appels à remettre en cause l'accueil des migrants dans son pays après deux attentats perpétrés par des réfugiés ces derniers jours. L'an dernier, plus d'un million de demandeurs d'asile sont arrivés en Allemagne.

"Nous allons y arriver". Les djihadistes "veulent remettre en cause notre disposition à accueillir des gens en détresse. Nous nous y opposons fermement", a lancé la dirigeante conservatrice lors d'une conférence de presse à Berlin, alors que sa politique d'accueil est à nouveau très critiquée en Allemagne. La dirigeante conservatrice a réaffirmé son credo, "Nous allons y arriver" ("wir schaffen das"), lancé à la fin de l'été 2015 quand l'Allemagne a ouvert ses portes à des centaines de milliers de réfugiés fuyant la guerre ou la misère. "Je suis aujourd'hui comme hier convaincue que nous allons arriver à mener à bien cette épreuve historique en ces temps de mondialisation", a-t-elle insisté. "Nous allons y arriver et nous avons déjà réussi beaucoup, beaucoup de choses ces derniers mois", a -t-elle ajouté.

Un accueil maintenu mais mieux encadré. Dans le même temps, elle a annoncé certaines mesures pour faciliter l'expulsion de réfugiés déboutés ou enfreignant la loi, mieux déceler la radicalisation islamiste chez les demandeurs d'asile et a évoqué la possibilité pour l'armée allemande d'intervenir pour la sécurité intérieure en cas de gros attentats, ce qui n'a jamais été fait jusqu'à présent.

L'Allemagne secouée par une vague de violences. Angela Merkel était très attendu après la sombre semaine qu'a traversé l'Allemagne. Deux attentats commis en Bavière et revendiqués par les djihadistes de l'organisation Etat islamique (EI), ont fait s'élever les critiques contre cette généreuse politique. Dans un train régional, un jeune demandeur d'asile de 17 ans a attaqué à la hache des voyageurs avant d'être tué par la police. A Ansbach, dimanche soir, un réfugié syrien, débouté de sa demande d'asile, s'est fait exploser près d'un festival de musique, le premier attentat suicide commis en Allemagne.