Mécontent du SAV, un Chinois détruit sa Maserati

  • A
  • A
Mécontent du SAV, un Chinois détruit sa Maserati
Partagez sur :

Le propriétaire chinois a mis en scène la destruction de sa voiture à 325.000 euros.

Le propriétaire chinois d'une Maserati à 325.000 euros a engagé quatre gros bras pour détruire sa voiture à coups de masse, en protestation contre la qualité du service après-vente du constructeur italien, a rapporté mercredi la presse locale.

Le propriétaire, un certain Wang, a mis en scène la destruction de sa Maserati Quattroporte à l'ouverture d'un salon de l'automobile à Qingdao (est), d'après le Qingdao Morning Post. Des vidéos montrent les quatre hommes cogner de bon coeur. La voiture finit les vitres brisées, la calandre et la carrosserie défoncées, entourée d'une banderole accusant la firme italienne d'avoir pris les mauvaises décisions.

Wang avait acheté son véhicule en 2011 pour 2,6 millions de yuans, d'après le journal, soit environ cent fois le salaire annuel moyen d'un citadin l'année dernière. Les problèmes ont commencé quand Wang a ramené sa voiture une première fois chez le concessionnaire pour une réparation : le personnel lui aurait alors facturé des pièces d'occasion au prix des neuves. Et Wang ajoute dans le journal que le garage n'aurait pas réussi à réparer un problème de portière, et aurait même rayé la carrosserie. "J'espère que les fabricants étrangers de voitures de luxe ont bien compris que les consommateurs chinois étaient en droit d'attendre des services proportionnés à la marque", met en garde Wang.

De son côté, Maserati Chine affirme que l'entreprise et le concessionnaire de Qingdao ont répondu aux plaintes du client. Le concessionnaire de Qingdao s'est exprimé sur Weibo, le Twitter chinois : "Nous regrettons qu'avant d'avoir trouvé un accord, le propriétaire... ait démoli la célèbre voiture en public pour faire sensation." Pendant la dispute, des "délinquants" avaient aussi perturbé le travail du garage, et intimidé le personnel et d'autres clients, d'après le concessionnaire.

La Chine est le premier marché automobile, après avoir dépassé les Etats-Unis en 2009. C'est aussi un marché clé pour les marques de luxe, car de plus en plus de millionnaires affichent leur nouvelle fortune au volant des modèles les plus chers. En 2011, selon des articles de l'époque, un homme d'affaire de la même ville de Qingdao avait détruit sa Lamborghini à 3 millions de yuans (380.000 euros) à cause d'une série de pannes qui n'étaient pas réparées.