Me Stern et le caleçon léopard

  • A
  • A
Me Stern et le caleçon léopard
@ EUROPE 1
Partagez sur :

LES HISTOIRES D’@ - Cette jeune avocate a jugé bon de diffuser sur Facebook une photo du sac de son client.

C’est vrai, il existe des sous-vêtements plus « glamour », moins « animal ». Mais l’hypersensibilité esthétique de Me Anya Cintron Stern l’a conduite à franchir la ligne jaune…. Ou plutôt la ligne « imprimé léopard ».  Cette avocate a été officiellement révoquée par un juge de Miami pour avoir dévoilé sur Facebook l’intimité de son client. En l’occurrence : un caleçon à l’imprimé sauvage. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le fameux caleçon illustré par le tabloïd Daily Mail.

Fermin Recalde comparaissait pour avoir poignardé sa compagne lors d’une crise de jalousie. C’était en 2010. Deux ans plus tard, le procès ne passionnait pas les foules, il est même difficile de trouver trace de l’affaire dans les journaux américains. Un « petit » dossier pour une jeune avocate, Me Anya Cintron Stern, jolie brunette de 31 ans qui porte la robe noire depuis trois ans.

Pour les début du procès, raconte le Miami Herald, la famille de Fermin Recalde est venue au tribunal avec un sac contenant des vêtements pour l’accusé, pour qu’il puisse se présenter sous son meilleur jour face au jury. Et dans le lot, il y avait le fameux caleçon « imprimé léopard ». C’est au moment où les agents de sécurité ont vidé le sac pour en vérifier le contenu que Me Stern a dégainé son téléphone pour photographier cette pièce de collection.

Et à la pause suivante, Me Anya Cintron Stern s’est connectée à Facebook et a posté le cliché sur son compte personnel. Pour partager cette tenue « parfaitement adaptée à un procès » avec ses amis. Dans le lot, il y avait sans doute un « ami » qui ne voulait pas que du bien à Me Anya Cintron Stern. Car l’un des abonnés à son compte privé a décidé d’en référer au juge chargé du dossier Fermin Recalde.

Ledit juge n’a pas hésité : le procès a été qualifié de caduque mercredi, Me Anya Cintron Stern a été renvoyée et toute la procédure relancée. Les accusés ont droit « au respect et à la loyauté » de ceux qui les défendent, a tenu à rappeler l’avocat général. D’autant que Me Anya Cintron Stern avait déjà posté un message sur Facebook où elle laissait entendre qu’elle ne croyait guère en l’innocence de son client.

Et l’accusé Fermin Recalde dans tout ça ? Il n’est finalement pas si mécontent. Certes, le monde entier sait désormais qu’il a des goûts discutables en matière de sous-vêtements. Mais lui qui cherchait depuis des mois à changer d’avocats a trouvé, malgré lui, une bonne occasion de le faire. Il va retourner en prison en attendant un nouveau procès, avec un nouvel avocat.