Aux mains de l'EI, Palmyre risque de "disparaître"

  • A
  • A
Partagez sur :

ALARME - Invité sur Europe 1, Maurice Sartre, historien spécialiste du Moyen-Orient, alerte la communauté internationale sur les dangers qui guettent le patrimoine culturel de Palmyre, en Syrie, pillé par l'Organisation Etat islamique.  

INTERVIEW

Depuis qu'ils se sont emparés de la ville jeudi, les djihadistes de l'EI mènent un double combat à Palmyre, dans cette ville plusieurs fois millénaire de Syrie. Un combat contre les populations, massacrées car considérées comme des alliées de Bachar al-Assad, mais aussi un combat contre la culture ancestrale dans laquelle baigne la ville. Invité au micro d'Europe 1, l'historien spécialiste de la région Maurice Sartre offre son éclairage sur les enjeux de la destruction du patrimoine de Palmyre.

Palmyre risque-t-elle de disparaître ? 

Le risque de voir disparaître la ville est énorme. Si ce n'est pas demain, ce sera après-demain, mais c'est une question d'heures et de jours. Pour l'instant, les djihadistes de l'EI massacrent les populations de la ville et des villages environnants, dont des enfants, sous prétexte qu'ils sont des suppôts du régime de Bachar al-Assad. Mais ils s'attaquent aussi aux vestiges archéologiques.

Pourquoi l'organisation Etat islamique s'attaque-t-elle à du patrimoine historique ? 

Les djihadistes combattent ce que nous appelons des valeurs universelles, parce qu'ils les voient eux comme des valeurs occidentales. Leur stratégie de destruction, leur volonté de faire table rase du passé, c'est une stratégie volontaire, ce n'est pas juste l'envie de détruire des vestiges qui les gênent. Ils vivent dans une obsession, celle de la lutte contre l'idolâtrie. Or, Palmyre est toute entière composée de vestiges d'une époque de paganisme dite idolâtre, c'est à dire pré-islamique. Pour l'EI, il faut faire table rase de cette période.


"L'EI veut faire table rase du passé"par Europe1fr

Qu'est-ce qui fait la particularité et la richesse culturelle de Palmyre ?

Palmyre, c'est une ville qui va sur ses 4.000 ans puisqu'elle apparaît sur une tablette assyrienne datant du XIXe siècle avant Jésus-Christ ! Palmyre, c'est emblématique pour les Syriens, c'est peut-être le site le plus rassembleur pour la population avec la mosquée des omeyyades, celui qui incarne le plus la grandeur passée. C'est une ville-frontière, une ville de l'Empire romain, une ville qui est dans un métissage permanent des cultures, une ville ouverte sur le monde, soit le démenti vivant de ce que prône l'Etat islamique.

Pouvons-nous évaluer l'ampleur des dégâts que pourrait faire l'EI sur place ?

C'est assez compliqué, car une partie des trésors archéologiques enfouis seront aussi pillés, des trésors que nous n'avons même pas encore exhumés ! Pour se financer, Daech vend des permis de pillage contre de l'argent. C'est pourquoi toutes les parties enfouies des plus anciennes pièces de Palmyre pourraient en pâtir. On est au bord d'une catastrophe, ce n'est pas exagérer la situation que de le dire. A Palmyre, c'est des milliers de pièces qui sont en danger.