Marée noire : le procès de BP en sursis

  • A
  • A
Marée noire : le procès de BP en sursis
L'explosion en 2010 d'une plate-forme pétrolière au large de la Louisiane avait fait onze morts et provoqué une marée noire sans précédent aux Etats-Unis.@ REUTERS
Partagez sur :

Il a été retardé d’une semaine pour permettre au pétrolier de trouver un accord avec les plaignants.

Une véritable armée d’avocats a investi la Nouvelle Orléans, mais le gigantesque procès de la marée noire du golfe du Mexique semble menacé ? Alors qu’il devait débuter lundi, son ouverture a été ajournée d’une semaine pour laisser le temps au groupe pétrolier BP de poursuivre ses discussions en vue d’un accord. Des dizaines de milliards de dollars sont en jeu dans cette procédure. La justice doit en outre déterminer les responsabilités des différents acteurs de cette catastrophe écologique sans précédent aux États-Unis. Europe1.fr fait le point cet immense procès.

Qui est poursuivi par la justice ? L’explosion, le 20 avril 2010, d’une plate-forme pétrolière au large de la Louisiane avait fait onze morts et des centaines de millions de litres de pétrole avaient souillé le golfe du Mexique. Le géant pétrolier britannique BP est poursuivi pour négligence, tout comme ses principaux sous-traitants, le Suisse Transocean, propriétaire et opérateur du puits de pétrole, et le Texan Halliburton, fabricant du coffrage en ciment.

Quel est cet accord actuellement discuté ? Le groupe pétrolier BP négocie avec un comité de plaignants, représentant un peu plus de 120.000 personnes affectées par la marée noire : propriétaires de terres ou de logements, hôteliers, restaurateurs, pêcheurs de crevettes ou encore entreprises de conditionnement de poisson.

L’accord porterait sur 14 milliards de dollars, selon Bloomberg. Un  accord à l’amiable permettrait à BP d’éviter un procès complexe et très long, qui risquerait de lui coûter encore plus cher. Si la compagnie est reconnue coupable de négligence lourde devant le tribunal, le montant des seules amendes, sans compter les dommages et intérêts, pourrait atteindre 17 milliards de dollars, précise le Guardian.

De plus si l’enquête criminelle se poursuit, la justice aura accès à des millions de documents que le pétrolier britannique tient probablement à garder pour lui. La chaîne américaine ABC fait ainsi état d’e-mails qui prouveraient que BP a tenté de dissimuler des informations aux garde-côtes au début de la marée noire.

BP peut-il donc éviter un procès ? Pas nécessairement, souligne le Guardian. En plus des plaignants issus de la société civile, BP est aussi poursuivi par le gouvernement fédéral américain, ainsi que les Etats de Louisiane et d’Alabama. Or, ces entités ne font pas partie du comité de particuliers négociant avec BP, précise le journal local Times-Picayune. Et la bataille judiciaire fait aussi rage entre BP et ses sous-traitants, chacun ayant déposé plainte contre l’autre.